RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Vingt-cinq groupes membres de l'IFEX condamnent la répression post-électorale des médias

Depuis l'éruption massive de protestations de l'opposition qui a suivi l'annonce des résultats de l'élection en Moldavie le 6 avril, les journalistes qui couvraient la situation pour les médias internationaux et roumains se sont vu refuser l'entrée dans le pays; divers sites web et des stations de nouvelles sont censurés et les travailleurs des médias qui sont actifs en Moldavie sont arrêtés, harcelés et agressés.

Vingt-cinq groupes membres de l'IFEX et dix autres organisations de défense des droits dénoncent les nombreuses violations du droit d'accès à l'information et de la liberté de la presse, qui se sont produites pendant que les autorités s'abattent sur la dissidence.

Dans une déclaration signée par les groupes, le Centre du journalisme indépendant (International Journalism Center, IJC), le groupe membre de l'IFEX en Moldavie, indique que « les organisations signataires appellent les autorités moldaves à assurer la liberté des médias, conformément aux obligations qui incombent à un membre du Conseil de l'Europe, et à faciliter l'accès du public à l'information ».

Au moins 10 000 manifestants sont descendus dans la rue le 6 avril après que le dirigeant actuel du Parti communiste, Vladimir Voronine, eut été proclamé vainqueur de l'élection avec 49,9 pour 100 des suffrages. L'élection a été jugée équitable par les observateurs internationaux, mais les dirigeants de l'opposition affirment que l'élection était contrôlée par le parti au pouvoir et entachée de fraude. Dans les jours qui ont suivi, de violents affrontements ont éclaté entre les manifestants et la police, qui ont fait des dizaines de blessés et qui ont entraîné l'arrestation d'au moins 200 personnes.

Au moins 19 journalistes roumains et plusieurs autres reporters internationaux, qui tentaient depuis le 6 avril d'entrer en Moldavie par la voie des airs et par la route, se sont vu refuser l'entrée au pays, disent les membres de l'IFEX. Les responsables des douanes ont refusé aux journalistes d'entrer pour diverses raisons techniques. Mais la loi de Moldavie exige que les journalistes étrangers ne soient accrédités que s'ils veulent être correspondants permanents en Moldavie ou s'ils demandent d'accéder à des renseignements officiels.

La dernière semaine a également été marquée par une vague d'agressions physiques et d'intimidation policière dirigée contre les journalistes. Par exemple, le 8 avril, Oleg Brega, cameraman pour le radiodiffuseur en ligne « Jurnal TV », a été passé à tabac par cinq agents de sécurité, dont certains étaient en uniforme. D'après ARTICLE 19, on ne sait rien de ses allées et venues actuelles.

Le lendemain, des policiers qui gardaient le quartier général du gouvernement moldave ont frappé le cameraman de « PRO TV Chisinau », Constantin Rogodantiev, et lui ont volé les séquences qu'il avait filmées. Également ce même jour, trois employés de la station de télévision roumaine « Realitatea TV » ont été détenus pendant plusieurs heures par la police.

Le 10 avril, des agents de sécurité ont effectué sans mandat une descente au « Jurnal de Chisinau » et ont confisqué des ordinateurs, des bandes magnétiques, des CD et des documents. Le rédacteur en chef du journal, Rodica Mahu, a été appréhendé et interrogé pendant deux heures avant d'être relâché. Plus tard ce même jour, le journaliste roumain Doru Denida, de « TVR 1 », a été appréhendé par la police tandis qu'il s'apprêtait à transmettre un reportage en direct.

Les groupes membres de l'IFEX exigent que les autorités moldaves enquêtent sur les incidents de violations des droits contre des journalistes, et qu'elles forcent les personnes responsables à rendre des comptes.

Au moins deux radiodiffuseurs en Moldavie ont cessé de retransmettre « Realitatea TV » et « TVR 1 »; l'IJC rapporte que divers sites web de nouvelles, dont unimedia.md et jurnaltv.md, ont été entravés, puis tout simplement bloqués. L'organisation de défense de la liberté de la presse rapporte en outre que les usagers de l'Internet en Moldavie se sont vu refuser l'accès aux sites de réseautage social comme Facebook et Odonklassniki.ru.

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

Tep Vanny has been unjustly detained for two years as of today, for defending the human rights of her fellow Cambod… https://t.co/YGrdL4TSyw