RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

TROIS ANS DE PRISON POUR UN FAUX PRINCE SUR « FACEBOOK »

Un ingénieur informatique marocain, qui avait créé un compte Facebook au nom du Prince Moulay Rachid, frère du roi, a été condamné à trois ans de prison, rapportent Reporters sans frontières (RSF), le réseau de lutte des blogueurs contre la censure « Global Voices Online » et les dépêches internationales.

En dépit d'un appel à la clémence lancé au prince Moulay Rachid, un tribunal de Casablanca a trouvé Fouad Mourtada coupable d'avoir falsifié des données et d'avoir imité le prince sans son consentement. Mourtada a été condamné à trois ans de prison et à une amende de 10 000 dirhams (1 300 $ US).

« Il est clair que l'importance de la personnalité au coeur de cette affaire a influencé la façon dont on l'a traitée », a déclaré aux reporters Ali Ammar, l'avocat de Mourtada.

D'après HelpFouad.com, un site web mis sur pied par ses défenseurs, Mourtada a déclaré avoir créé à la mi-janvier le compte sur le site de réseautage social par admiration pour le prince, qui arrive au deuxième rang dans l'ordre de succession au trône.

« Ce n'était qu'une blague. Je regrette mon geste et je supplie toute ma famille pour qu'elle me pardonne de tout le mal que je lui ai causé », a-t-il déclaré.

Le tribunal n'a pas révélé comment la police marocaine avait découvert l'identité de Mourtada. Selon HelpFouad.com, Fouad déclare avoir été arrêté le 5 février, on lui a bandé les yeux et puis on l'a emmené dans un lieu inconnu où on l'a insulté et tabassé jusqu'à ce qu'il perde connaissance.

La semaine dernière, quelques blogueurs marocains ont « fait grève » et suspendu pendant 24 heures leur collaboration régulière aux blogues pour protester contre la détention de Mourtada et pour orienter l'attention vers le site web de ses défenseurs.

Des milliers de personnes ont ouvert un compte sur Facebook et d'autres sites de réseautage social au nom d'une célébrité. Une recherche rapide sur Facebook révèle de multiples profils de personnalités, de George Bush à Mère Teresa. Immédiatement après que l'affaire fut connue, d'autres profils du Prince sont apparus sur Facebook - depuis la quiétude d'un pays occidental, rapporte « The Nation ».

Bien que Mourtada soit le premier marocain à être reconnu coupable d'un délit commis en ligne, le Maroc est réputé pour son recours aux peines de prison pour étouffer la libre expression. Dans une autre affaire la semaine dernière, Mustafa Hurmatallah, un journaliste marocain qui a publié des documents secrets du gouvernement qui révélaient des menaces terroristes contre son pays, a vu sa peine de sept mois de prison être confirmée par la dernière cour d'appel.

Signer une pétition pour faire libérer Mourtada ici :
http://www.helpfouad.com/7437/index.html
Consulter les sites suivants :
- RSF : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=25899
- Help Fouad: http://www.helpfouad.com/
- Global Voices Advocacy : http://tinyurl.com/2tedp8
- Reuters : http://tinyurl.com/2p8ka6
- « The Fake Prince of Facebook », « The Nation », http://tinyurl.com/2458jy
- RSF, à propos de Hurmatallah : http://tinyurl.com/2495d6
(Photo courtoisie de HelpFouad.com)

(26 février 2008)

Dernier Tweet :

Indonesia told to respect media freedom in Papua after expelling BBC reporter Rebecca Henschke.… https://t.co/J3anejmNkO