RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le premier quotidien arabophone du royaume lourdement condamné par la justice

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières exprime sa stupéfaction suite à la confirmation, le 30 octobre 2008, par la cour d'appel de Rabat, du jugement de première instance condamnant le directeur de publication du quotidien "Al-Massae", Rachid Nini, à six millions de dirhams (environ 550 000 euros) de dommages et intérêts et 120 000 dirhams (environ 11 000 euros) d'amende pour "diffamation".

"Nous regrettons cette décision de justice qui ne fait que confirmer la précarité des acquis de la presse au Maroc. L'engagement de l'État en faveur de la liberté d'expression passe nécessairement par une réforme législative en profondeur des lois sur les délits de presse et de la formation des juges. Cela seul permettrait au Maroc de disposer d'une réponse judiciaire équitable et démocratique à d'éventuels problèmes de diffamation. Dans le cas présent, les magistrats de la cour d'appel peuvent-ils ignorer que leur décision est susceptible de compromettre la survie de cette publication? Nous continuons de nous interroger sur les motivations de la justice marocaine, peu clémente envers la presse indépendante du royaume", a déclaré l'organisation.

Rachid Nini avait été condamné, le 25 mars 2008, par le tribunal de première instance, à verser la somme de 6 120 000 dirhams d'amende et de dommages et intérêts en faveur de quatre substituts du procureur de Ksar El Kébir (Nord), qui avaient déposé plainte contre le journal pour "diffamation". Un article, publié dans "Al-Massae", accusait des responsables régionaux, sans les nommer, d'avoir participé à une prétendue "fête homosexuelle".

Le journaliste a fait part à Reporters sans frontières de son indignation. "Ce jugement est grave puisqu'il crée une jurisprudence pour les affaires de presse. Demain, un autre journal pourra être condamné à une somme aussi astronomique. Ce jugement fait honte à mon pays", a ajouté Rachid Nini.

Le Maroc occupe la 122e place, sur 173, dans le classement mondial de la liberté de la presse, publié par Reporters sans frontières le 22 octobre 2008.

Mise à jour du cas Nini: http://www.ifex.org/fr/content/view/full/91984

Dernier Tweet :

En #Nicaragua, el control que Ortega ejerce sobre los medios se reduce a pesar de que recrudece la represión… https://t.co/sepcWMKhlZ