RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Défenseurs de la liberté d'expression aident El Haqed, le rappeur marocain incarcéré

Le rappeur Mouad Belghaoute — aussi connu sous le nom d’ El Haqed — a été condamné, le 1er juillet 2014, á quatre mois de prison, a cause des préoccupations que son procès était injuste

El Haqed
El Haqed

courtesy of Arte

Ministre marocain de la Justice et des Libertés, concernant la peine de quatre mois prononcée à l'encontre du musicien Mouad Belghouate (alias El Haqed)

Att. : Mr El Mustapha Ramid

Ministre de la Justice et des Libertés
Place El Mamounia – BP 1015
Rabat
Maroc

Fax: +212 537 73 47 25

Nous, soussignées, organisations engagées dans la défense du droit à la liberté d'expression, de la culture et des arts, condamnons la peine de quatre mois de détention prononcée contre le musicien Mouad Belghouate (alias El Haqed); considérant ce verdict comme le résultat d'un procès n'ayant pas répondu aux normes internationales. Nous craignons que cette peine représente des représailles en raison de son implication dans le mouvement pro-démocratique au Maroc, et plus particulièrement sa condamnation de la corruption et de la violence de la police, à travers sa musique.

El Haqed a été reconnu coupable d'agression envers des représentants de l'ordre lors d'un incident survenu à Casablanca le 18 mai 2014, alors même que les preuves à décharge fournies par la défense, incluant des témoignages, n'ont pas été acceptées par le tribunal. Cela a conduit ses avocats à se retirer de la procédure judiciaire, la jugeant «injuste» et «inéquitable».

Il s'agit de la troisième condamnation de Belghouate à une peine de prison depuis 2011, toujours suite à des procès jugés imparfaits. En mai 2012, il a été condamné à 12 mois de prison ferme pour insulte envers la police dans une de ses chansons et pour la vidéo qui l'aurait accompagné; une accusation qui violait clairement son droit à la liberté d'expression.

Belghouate, engagé auprès du mouvement démocratique du 20 février, a ouvertement critiqué la corruption au Maroc et accusé la police de brutalité dans ses chansons. Ce qui fait craindre qu'il s'agit-là des véritables raisons des accusations portées à son encontre, craintes renforcées par les irrégularités du procès.

Le Maroc a ratifié le Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques, qui comprend le droit à la liberté d'expression et à un procès équitable. Nous appelons donc les autorités marocaines à libérer Mouad Belghouate et à veiller à ce que toute éventuelle action en appel soit traitée de façon équitable et qu'elle inclut toutes les preuves et les témoignages pertinents dans le cadre de l'affaire.

Cordialement,

Signé :

ARTICLE 19
Index on Censorship
Arterial Network
European Composer and Songwriter Alliance
European Council of Artists
freeDimensional
Freemuse
Initiative for Freedom of Expression, Turkey
Equity's International Committee for Artists' Freedom (ICAF)
Observatoire de la liberté de creation, France
Vivarta

Copie à:

Mr Driss El Yazami, Président du Conseil National des Droits de l'Homme
Mr Mohamed Amine Sbihi, Ministre de la Culture
Mr Ahmed El Haij, Président de l'Association Marocaine des Droits Humains (AMDH)

Dernier Tweet :

Dawit Isaak est fondateur d'un journal d'Érythrée.Mais son désir de promouvoir le débat lui a coûté 15 ans de priso… https://t.co/LsKGzKj1zI