RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le chef de l'administration d'un radiodiffuseur communautaire est assassiné

Le propriétaire d'une station de radio communautaire a été abattu le 22 juillet tandis qu'il circulait à motocyclette dans un district de l'ouest de Katmandou, selon ce que rapportent le Centre d'études sur les droits de la personne et la démocratie (Center for Human Rights and Democratic Studies, CEHURDES), la Fédération des journalistes népalais (Federation of Nepali Journalists, FNJ), Freedom Forum et l'Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC). Il est le troisième propriétaire de médias à être assassiné en six mois.

Devi Prasad Dhital (Hemraj) se rendait de chez lui, Urahari, à Tulsipur, dans le district de Dang, dans l'ouest, lorsque quatre assaillants au moins ont ouvert le feu sur lui à plusieurs reprises. Le président de Radio Tulsipur, qui était âgé de 42 ans, a succombé un peu plus tard à l'hôpital.

Le CEHURDES s'inquiète de la détérioration de l'ordre public dans les régions est et ouest du pays, qui n'a pas encore de gouvernement, au moment où « la communauté des médias du Népal s'efforce de s'acquitter de son devoir dans un fragile contexte d'après-conflit ». Le Premier ministre Madhav Kumar Nepal a démissionné un peu plus tôt ce mois-ci et le pays n'a pas de premier ministre.

« Ceux qui ont décidé de faire taire le chef de Tulsipur FM connaissent l'influence des radios communautaires népalaises qui jouent un rôle fondamental dans la diffusion de l'information dans le pays », indique Reporters sans frontières (RSF).

Dhital était également, à ce qu'on dit, un homme d'affaires prospère, et le mobile de son assassinat n'est pas clair, rappelle le Comité pour la protection des journalistes (CPJ). La FNJ a dépêché une mission d'enquête. « Les gens des médias sont de plus en plus attaqués par les groupes criminels, et toute négligence à enquêter ne fait qu'encourager ces éléments », dit l'AMARC.

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

#HONDURAS | el @RSF_inter denuncia graves ataques a periodistas del departamento de Colón https://t.co/4Z4oMKMkfc @clibre