RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Une mission internationale constate l'impunité et la dégradation de la réforme législative

En dépit des premières « améliorations spectaculaires » qui ont suivi la restauration de la démocratie au Népal en 2006, les journalistes continuent d'être attaqués en toute impunité, et les dispositions législatives destinées à protéger la libre expression se sont en fait dégradées, constate une mission internationale qui a séjourné dans le pays.

Tandis que le nombre total des agressions contre les journalistes a décliné ces dernières années, « un grand nombre des personnes responsables des assassinats de journalistes courent toujours, ce qui favorise une culture d'impunité qui mène à la généralisation de l'autocensure chez les journalistes », dit la mission, qui attire l'attention sur les meurtres, toujours non résolus, de Uma Singh, Birendra Shah et Arun Singhaniya.

De plus, les garanties proposées pour protéger les libertés d'expression, de médias et d'information en ligne « sont en réalité plus faibles qie celles qui se trouvaient dans la Constitution de 1990 », dit la mission, qui les qualifiait de « vagues » et non conformes aux normes internationales.

Une politique sur les médias actuellement à l'étude a omis de consulter les principaux joueurs, dont la Fédération des journalistes du Népal (Federation Nepali Journalists (FNJ), qui est membre de l'IFEX, et ne s'attaque pas à la nécessité d'avoir une réglementation indépendante de la radiodiffusion et de la protection de la liberté sur Internet, ajoute la mission.

D'après la mission, une action concrète a été entreprise dans deux domaines seulement depuis avril 2006 : des amendements à la Loi sur le travail des journalistes, qui définit les ententes en matière de sécurité d'emploi et de rémunération équitable, ainsi que l'adoption de la Loi sur le droit à l'information.

La mise en œuvre des deux lois reste médiocre cependant, dit la mission. En janvier, par exemple, le gouvernement a émis un document qui donne la liste de plus de 140 catégories de « secrets » et de types d'information qui ne doivent pas être rendus publics, liste qui doit accompagner la Loi sur le droit à l'information. Mais pas un seul intervenant local n'a été consulté, précise la mission.

Pour appuyer les réformes, la mission a promis de fournir une analyse détaillée des normes internationales sur la libre expression, d'analyser l'ébauche de politique sur les médias et de travailler avec d'autres intervenants afin de garantir que cette politique soit consultative, et de soutenir le Népal dans la création d'un programme durable de formation en développement de la sécurité ainsi qu'un groupe de travail indépendant « doté du mandat d'agir afin de corriger la culture d'impunité ».

La Mission Internationale, coalition de 15 organisations internationales de défense des droits, a dépêché au Népal une délégation qui a séjourné dans le pays du 23 au 27 février 2012 à la demande du FNJ et d'autres groupes membres de la communauté des médias népalais. La mission était représentée par des membres et des partenaires de l'IFEX comme ARTICLE 19, le Centre for Law and Democracy, le Comité pour la protection des journalistes, la Fédération internationale des journalistes, l'International News Safety Institute, l'International Media Support, l'Institut international de la presse, Internews, les Fondations Open Society, Reporters sans frontières, l'Association des médias libres d'Asie du Sud (South Asia Free Media Association), le Réseau de solidarité des médias d'Asie du Sud (South Asia Media Solidarity Network), l'UNESCO et l'Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires.

Mission finds worsening law reform, impunité and self-censorship

Dernier Tweet :

Nepal: Local leader in Saptari district attacked for requesting information on budget misuse from municipality… https://t.co/PFWfx92oi4