RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les autorités persistent à mener "une guerre absurde contre un homme seul" en rejetant la mise en liberté provisoire de Moussa Kaka

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières est consternée par l'obstination des autorités nigériennes à maintenir le journaliste Moussa Kaka en prison, malgré les décisions de justice en faveur de la clôture du dossier. Moins d'un mois après que le juge d'instruction a rendu un non-lieu en faveur du journaliste, et que le parquet a fait appel de cette décision, la cour d'appel de Niamey a refusé, le 19 août 2008, la demande de mise en liberté provisoire acceptée en juin par le juge d'instruction.

"Il est désormais clair que tous les subterfuges et les man?uvres procédurières seront utilisées par les autorités nigériennes pour maintenir Moussa Kaka en prison, même si le juge estime qu'il n'y a pas lieu de le poursuivre. Cet acharnement, qui atteint des proportions invraisemblables, est révélatrice de la guerre personnelle que le président Mamadou Tandja livre à ce journaliste. Il nous semble pourtant que la justice nigérienne a parlé clairement et que notre correspondant n'a rien à faire à la prison civile de Niamey. Le respect de l'indépendance de la justice devrait forcer le respect des autorités et les pousser à cesser cette guerre absurde contre un homme seul", a déclaré l'organisation.

Le 19 août 2008, la chambre d'accusation de la cour d'appel de Niamey a accepté la requête du procureur de la République, demandant le rejet de la mise en liberté provisoire de Moussa Kaka, qui avait été accordée le 23 juin par le juge d'instruction en charge de l'affaire. Le journaliste, qui a bénéficié d'un non-lieu le 23 juillet, devait s'engager à se tenir à la disposition de la justice pour les besoins de l'instruction et signaler tous ses déplacements et ses éventuels changements d'adresse. Le procureur de la République a immédiatement fait appel de cette décision, ainsi que du non-lieu prononcé par le juge d'instruction. Suite à ce recours, l'appel étant suspensif, Moussa Kaka a été maintenu en détention à la prison civile de Niamey.

Moussa Kaka, directeur de la station privée Radio Saraounia, correspondant de Radio France Internationale (RFI) et de Reporters sans frontières au Niger, a été arrêté le 20 septembre 2007 à Niamey. Il a été inculpé de "complicité de complot contre l'autorité de l'État". Il lui est reproché d'avoir fait preuve, au cours de contacts téléphoniques avec un chef de la rébellion touarègue du Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ), d'une prétendue "connivence" avec ce groupe armé basé dans le nord du pays. Il risque la prison à vie.

Dernier Tweet :

Murder, justice, and the power of IFEX-ALC's network, RSF's latest report on journalist killings, and more... check… https://t.co/63oCVZ37ZX