RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

LE PRÉSIDENT NE TIENT AUCUN COMPTE DU PROJET DE LOI SUR LA LIBERTÉ DE L'INFORMATION LORS D'ÉLECTIONS « CHARADES »

Dans le sillage d'élections présidentielles au Nigéria que les observateurs qualifient de « gravement viciées », le président Olusegun Obasanjo n'a pas ratifié un projet de loi qui aurait renforcé sa bataille contre la corruption, rapporte le groupe Media Rights Agenda (MRA).

Le président Obasanjo avait 30 jours pour ratifier la Loi sur la liberté de l'Information, très attendue, qui se trouve devant le Parlement depuis 1999 et qui a fini par être adoptée en février par les deux chambres de l'Assemblée nationale. Bien que le projet de loi fût conforme à la croisade anti-corruption et aux programmes de réformes du président Obasanjo, celui-ci l'a laissé passer, rapporte le MRA.

La loi aurait « placé le Nigéria dans un groupe comptant quelque 70 pays dans le monde qui sont dotés d'une loi sur la liberté de l'information et fait du Nigéria le quatrième pays d'Afrique à adopter une telle loi, après l'Afrique du Sud (2000), l'Angola (2005) et l'Ouganda (2005) », dit le MRA.

Pendant plus de huit ans, les organisations de la société civile ont exercé des pressions en faveur de la loi, qui donne aux Nigérians l'accès aux dossiers et documents publics. Le MRA fait valoir que la loi aurait contribué à éliminer la corruption au sein du gouvernement, à se débarrasser du secret des transactions dans le secteur public et à promouvoir la participation du public - ce qui aurait rehaussé le sens d'appartenance des gens et amélioré leur confiance dans les dirigeants du pays.

Le projet de loi retournera donc devant l'Assemblée nationale et, s'il est de nouveau adopté à la majorité des deux tiers par chacune des deux chambres, entrera en vigueur sans nécessiter la sanction présidentielle. On craint cependant qu'en raison de la violence et des perturbations généralisées qui ont entaché les dernières élections, l'Assemblée nationale ne puisse réexaminer le projet de loi et doive reprendre la démarche depuis le tout début.

Le gagnant de l'élection présidentielle, Umaru Yar'Adua, du Parti démocratique du peuple (People's Democratic Party, PDP), au pouvoir, qui l'a emporté dans un raz-de-marée, fera face à une crise de légitimité qui aura des effets sur l'aptitude de son administration à gouverner le pays - si même on lui permet d'entrer en fonction pendant les protestations générales qui ont suivi les élections du week-end dernier, dit le service de nouvelles humanitaires et d'analyse IRIN.

Des milliers de manifestants de l'opposition sont en effet descendus dans les rues pour protester contre les élections, accusant le PDP de truquer les urnes. Un grand nombre des 120 000 bureaux de scrutin, rapporte la BBC, n'ont pu ouvrir pendant des heures sinon du tout. On compte un certain nombre d'homicides et de vols de boîtes de scrutin, ainsi qu'une tentative pour faire sauter le quartier général des élections. Des mineurs ont reçu des bulletins de vote. D'après Reporters sans frontières (RSF), le service de renseignement intérieur du Nigéria a, à l'approche des élections, exécuté en mode commando des raids contre des stations de télévision privées afin de contrôler les nouvelles et les informations.

L'Union Européenne a qualifié l'élection de « charade » et déclaré qu'au moins 200 personnes avaient perdu la vie dans les violences électorales des dernières semaines.

Le MRA concentre sa campagne pour la liberté d'accès à l'information sur l'Assemblée nationale avant l'expiration de son mandat, le 29 mai 2007, et accueille favorablement le soutien international. Les parties intéressées doivent communiquer avec ene[@]mediarightsagenda[.]org

Consulter les sites suivants :
- Media Rights Agenda : http://www.mediarightsagenda.org/press07_03.html
- RSF, sur les raids contre la station de télévision :
http://www.rsf.org/article.php3?id_article=21802
- IRIN : http://www.irinnews.org/Report.aspx?ReportId=71764
- BBC, « What Nigerian election observers say » :
http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/6582979.stm
- BBC, « Call for Nigeria street protests » : http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/6586867.stm
- Inter Press Service, « Nigeria: What have eight years of democracy done for
women politicians? » : http://www.ipsnews.net/news.asp?idnews=37352
(Photo : Tiggy Ridley/IRIN)

(24 avril 2007)

Dernier Tweet :

Repudia la SIP ataque contra la emisora RCN en Bogotá https://t.co/TaoGO4TPAQ @rcnradio @sip_oficial