RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Journaliste nigérien détenu avant d'avoir publié un livre critiquant le gouvernement

MISE À JOUR de RSF: Le rédacteur en chef d'un hebdomadaire transféré à l'hôpital (6 septembre 2013)

Reporters sans frontières s'inquiète vivement de l'arrestation, le 3 septembre 2013, de Tukur Mamu, rédacteur en chef de l'hebdomadaire Desert Herald. Le journaliste a été appréhendé à son bureau par des policiers en civil, avant d'être acheminé au Département des investigations criminelles (Criminal Investigation Department – CID) de Kaduna (Nord). Tukur Mamu aurait ensuite été transféré à la capitale, Abuja, où il serait actuellement détenu au CID de Garki.

"L'arrestation de Tukur Mamu et son transfert dans un lieu initialement inconnu constituent une atteinte grave à la liberté de l'information. Nous demandons la libération immédiate du journaliste et nous appelons les autorités à rendre public les chefs d'inculpation retenus contre lui ", a déclaré Reporters sans frontières.

Au moment de son arrestation, Tukur Mamu s'apprêtait à publier un livre dénonçant les pratiques de l'administration du ministre du territoire fédéral d'Abuja (Federal Capital Territory – FCT), Monsieur Bala Abdulkadir Mohammed, intitulé "FCT Administration : the rot within !" (FCT : la pourriture interne !). Le journaliste avait déjà fait l'objet de plusieurs tentatives d'intimidation au cours des mois précédents.

Selon les informations recueillies par Reporters sans frontières, le journaliste aurait été arrêté sur mandat d'un juge d'Abuja saisi directement par le ministre du FCT.

Tukur Mamu avait également été arrêté en 2009 en raison d'articles considérés comme "nuisibles pour le gouvernement". Lire le communiqué de presse de Reporters sans frontières.

Le Nigéria occupe la 115e place sur 179 pays dans le classement mondial de la liberté de la presse 2013, établi par Reporters sans frontières.

Plus d'informations sur la liberté de la presse au Nigéria.

Dernier Tweet :

#WestAfrica: Impunity, attacks by security personnel remain challenges to free expression https://t.co/REsYJKyImx… https://t.co/GFPyCjuppa