RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les radios indépendantes en exil de nouveau brouillées

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières dénonce la décision des autorités de Pyongyang de reprendre depuis le 11 mai 2007 le brouillage des radios indépendantes et dissidentes qui émettent depuis l'étranger, en coréen, à destination de la population nord-coréenne. Les radios affectées sont Free North Korea Radio, Voice of America, Open Radio for North Korea, Radio Free Asia et Radio Free Chosun.

"Alors que le Nord et le Sud célèbrent la réouverture historique d'une voie de chemin de fer, le régime de Pyongyang tente d'empêcher la population d'accéder à des informations autres que celles délivrées par les voix officielles. Ces pratiques sont contraires au droit international, et nous appelons le gouvernement de Séoul et la communauté internationale à se mobiliser pour défendre le droit des radios en coréen à émettre sans entraves", a affirmé l'organisation.

Le 11 mai 2007, le gouvernement nord-coréen a repris le brouillage des fréquences des radios dissidentes et indépendantes basées en dehors de la Corée du Nord. Le Northeast Asian Broadcasting Institute, puis l'International Shortwave Club ont relevé que des bruits sourds étaient diffusés sur les mêmes fréquences que celles des radios basées en Corée du Sud ou aux Etats-Unis.

Au mois d'avril, le Parti unique, dirigé par Kim Jong-il, avait lancé des attaques verbales contre toutes les informations étrangères qui visent à déstabiliser le régime. Il avait été ordonné aux forces de sécurité de se mobiliser pour empêcher l'arrivée sur le territoire des cassettes vidéo, des publications, des téléphones et des CD étrangers. Cet ordre pourrait avoir incité à la reprise du brouillage. Selon un responsable d'Open Radio for North Korea interrogé par Reporters sans frontières, ce retour en arrière pourrait également être lié à l'ouverture d'une voie de chemin de fer entre le Sud et le Nord.

Depuis juillet 2006, le brouillage de ces radios diffusées en ondes courtes avait fortement diminué.

En raison de la grave crise énergétique que traverse le pays, les autorités n'ont apparemment pas les moyens de brouiller toute la journée et toutes les fréquences.

La Corée du Nord est en dernière position dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.

Dernier Tweet :

¿Sabías que en Brasil murieron al menos 22 comunicadores entre 2012 y 2016? Nuestro miembro @ARTIGO19 lanzó un inf… https://t.co/zNBea2vTVD