RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les journalistes américaines condamnées à 12 ans de travaux forcés

AP via CPJ

Les journalistes américaines Euna Lee et Laura Ling ont été condamnées à 12 ans de travaux forcés en Corée du Nord, au terme d'un procès à huis clos qui s'est déroulé du 4 au 8 juin, rapportent la Fédération internationale des journalistes (FIJ), Reporters sans frontières (RSF), l'Institut international de la presse (IIP) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

La décision a été accueillie avec indignation par les gouvernements, les journalistes et les groupes de défense des droits de la personne à travers le monde, après que le plus haut tribunal de Corée du Nord eut trouvé Lee et Ling coupables d'être entrées illégalement au pays le 17 mars et de s'être livrées à des « actes hostiles ».

Les deux journalistes travaillent pour la station de télévision « Current TV », basée en Californie et diffusée sur la toile, et elles préparaient un reportage sur le trafic transfrontalier de femmes nord-coréennes. Avant de quitter les États-Unis, Lee et Ling avaient dit à des membres de leur famille qu'elles n'allaient pas entrer en Corée du Nord. Les familles des deux femmes croient que les deux journalistes ont franchi la frontière de manière accidentelle.

L'IIP, la FIJ et le CPJ rapportent que la peine est vraisemblablement d'ordre politique - plusieurs reportages donnent à penser que les femmes pourraient être utilisées comme monnaie d'échange par un gouvernement qui court le risque de sanctions en relation avec de récents tests de tirs de missile et d'essais nucléaires.

L'IIP fait valoir que la décision était « orchestrée par un gouvernement pour punir des journalistes innocentes pour les critiques internationales que suscitent les gestes de la Corée du Nord ».

Les journalistes sont détenues dans une maison du gouvernement à l'extérieur de Pyongyang, et ont été autorisées à contacter leur famille et l'ambassadeur de Suède en Corée du Nord, qui dit que les femmes n'ont pas été maltraitées physiquement, rapporte le CPJ.

Les familles des deux femmes ont émis une déclaration au gouvernement de la Corée du Nord dans laquelle elles sollicitent sa clémence, et font remarquer que Ling, 32 ans, éprouve des problèmes de santé et que la fille de quatre ans de Lee montre des « signes d'angoisse devant l'absence de sa mère ».

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

A welcome a call from MEPs to introduce a new European Union directive to stop abusive lawsuits against critical jo… https://t.co/BpnXSPtqoh