RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un grand nombre de journalistes toujours détenus dans des camps de prisonniers

Un ancien prisonnier politique nord-coréen a déclaré à Reporters sans frontières (RSF) que deux journalistes nord-coréens sont morts en 2001 dans un camp de prisonniers situé dans la partie nord-est du pays. Plusieurs journalistes restent détenus dans des conditions très dures dans ces camps.

Un ancien détenu du camp de prisonniers de Yoduk, Jung Gwang-il, et ses collègues d'une ONG appelée « Libérez le Goulag de Corée du Nord » ont identifié 250 personnes détenues dans ce camp pour crimes politiques. Parmi eux se trouvent des fonctionnaires, des travailleurs, des soldats, des écrivains, des hommes d'affaires, des étudiants et un diplomate qui a été arrêté pour avoir rencontré des Sud-Coréens tandis qu'il était en poste à Paris à la fin des années 1990.

Les journalistes ont été parmi les premiers à être visés et détenus à cause de leurs critiques du régime. Un cameraman qui travaillait pour le service de propagande de la station de télévision d'État « Chosun Jungang », Kim Kyungcheon, est mort à l'âge de 60 ans après avoir été blessé dans un accident de travaux forcés en mai 2001. La plupart des détenus devaient abattre des arbres et couper du bois en plein hiver, dans des conditions extrêmement dangereuses. Il avait été arrêté l'année précédente parce qu'il avait critiqué le culte de la personnalité qui entoure Kim Jong-il.

Le reporter Cha Gwangho, qui travaillait pour la station Chosun Jungang, est mort de malnutrition dans le même camp en décembre 2001 à l'âge de 65 ans. Il avait été emprisonné en 1999 pour avoir critiqué le régime. Après avoir été blessé, sa ration alimentaire a été réduite parce qu'il était considéré comme improductif. Les prisonniers sont rationnés à un bol de soupe par jour et doivent compléter leur régime alimentaire en mangeant des plantes, des rats ou des grenouilles.

« Par manque d'information, le sort de dizaines de milliers de prisonniers d'opinion nord-coréens est en grande partie négligé par la communauté internationale », dit RSF. « La révélation que deux journalistes sont morts au début de la dernière décennie, comme ce fut le cas de tant d'autres, devrait pousser les Nations Unies à faire davantage pression pour faire fermer les camps de concentration de la Corée du Nord. »

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

Indonesia told to respect media freedom in Papua after expelling BBC reporter Rebecca Henschke.… https://t.co/NyPOwr95uy