RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste des zones tribales menacé de mort et d'enlèvement par un militaire

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières est très préoccupée par la sécurité de Sailab Mehsud, correspondant du journal "The News" et de la chaîne Al-Jazira à Dera Ismail Kahn (au sud de Peshawar). Il est également le rédacteur en chef du site "Karwan-e-Qabial" ( http://www.karwan-e-qabial.net ) consacré à l'actualité de la région et l'ancien président de l'Union des journalistes des zones tribales (TUJ). Le 30 septembre 2007, le journaliste a été insulté et menacé de mort par un officier des services secrets militaires pakistanais.

"Nous demandons au nouveau chef de l'armée pakistanaise, le général Ashfaq Pervez Kiyani, d'ordonner une enquête sur ce grave incident qui met en péril la vie et le travail d'un journaliste qui se consacre à la situation dans les zones tribales. Il est important que l'auteur de ces menaces et insultes soit sanctionné. Nous exprimons notre entière solidarité avec Sailab Mehsud", a affirmé l'organisation.

Sailab Mehsud a confirmé à Reporters sans frontières qu'un officier des services secrets militaires (MI) basé à Dera Ismail Kahn l'avait appelé le 30 septembre 2007 sur son téléphone portable pour le menacer d'enlèvement. L'officier lui a reproché d'avoir diffusé la veille une information sur un incident entre l'armée et des taliban dans la zone tribale du Sud-Waziristan. "Il s'est présenté comme un membre du Military Intelligence basé à Dera Ismail Khan. Il m'a insulté et m'a dit que j'allais disparaître et que les prochaines générations ne me retrouveront jamais. Puis il a insulté ma mère. J'ai été abattu pendant deux jours après cet incident. Personne auparavant ne m'avait parlé avec un tel langage de ma mère qui est très chère pour moi. J'en ai parlé avec le porte-parole de l'armée qui m'a demandé de lui envoyer une plainte écrite. Le MI doit être tenu pour responsable de ce qui pourrait m'arrivé", a expliqué Sailab Mehsud.

En décembre 2005, un autre journaliste originaire des zones tribales, Hayatullah Khan, correspondant des quotidiens pakistanais "Nation" et "Ausaf" et photographe pour l'agence European Press Photo Agency (EPA), avait été enlevé puis assassiné dans des circonstances jamais éclaircies. Malgré trois rapports d'enquête, les autorités n'ont jamais sérieusement tenté d'identifier et juger les coupables (consulter les alertes de l'IFEX des 26, 25 et 13 septembre, 20 et 16 juin 2006, entre autres).

Dernier Tweet :

Will a new wave of Israeli legislation diminish internet freedoms? https://t.co/fsdoGBVfbG @7amleh