RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La veuve du journaliste Hayatullah Khan assassinée à son tour

(RSF/IFEX) - RSF est choquée par la mort de la veuve d'Hayatullah Khan, journaliste des zones tribales assassiné en juin 2006 après avoir été kidnappé quelques mois plus tôt. Dans la nuit du 16 au 17 novembre, des inconnus ont fait exploser une bombe près du mur de sa chambre à son domicile de Mir Ali dans la zone tribale du Nord Waziristan. Ses cinq enfants, âgés de 2 à 10 ans, n'ont pas été blessés. La veuve du journaliste était institutrice et elle s'était mobilisée pour dénoncer l'enlèvement et l'assassinat de son mari.

"Nous demandons aux autorités d'Islamabad et des zones tribales d'enquêter sur cet assassinat barbare. Il est pour l'instant difficile de connaître les motifs de cet attentat qui endeuille cette famille des zones tribales. Les assassins d'Hayatullah Khan que les autorités n'ont jamais essayé d'identifier pourraient avoir décidé d'éliminer une témoin gênante de cette affaire tragique", a affirmé l'organisation.

Le frère du journaliste, Ehsanullah Khan, a confirmé à RSF la mort de sa belle-soeur: "Elle dormait au sol dans sa chambre et ses cinq enfants étaient dans une autre chambre. La bombe a explosé au pied d'un mur de l'habitation."

Le frère du journaliste a accusé ceux qui ont tué son frère d'être derrière la mort de sa veuve. Dans le passé, Ehsanullah Khan a accusé des membres des services secrets militaires pakistanais d'avoir participé à l'enlèvement de son frère, ce que le gouvernement a toujours nié. Mais les autorités n'ont jamais rendu publiques les conclusions d'une enquête menée par un juge de Peshwar en 2006.

Encore selon Ehsanullah Khan, la veuve du journaliste était menacée. Il en avait informé l'ancien ministre de l'Information, Muhammad Ali Durani, mais les autorités n'avaient pas pris de mesures pour assurer sa protection.

En juin 2006, le corps criblé de balles d'Hayatullah Khan avait été retrouvé dans les zones tribales. Le journaliste rattaché à l'Agence de presse européenne et de plusieurs médias pakistanais, avait été kidnappé en décembre 2005 après avoir prouvé qu'un chef d'Al-Qaïda avait été tué par un missile américain.

Dernier Tweet :

Tep Vanny has been unjustly detained for two years as of today, for defending the human rights of her fellow Cambod… https://t.co/YGrdL4TSyw