RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

« GEO NEWS » DE RETOUR EN ONDES

La chaîne pakistanaise « Geo News » a repris le 29 novembre sa diffusion par satellite à partir de Dubaï, à la suite de « discussions fructueuses » entre la chaîne et les autorités des EAU.

Selon Reporters sans frontières (RSF) et certaines dépêches locales, les autorités des EAU ont accordé à la station de télévision privée « Geo News » la permission de reprendre la radiodiffusion à partir de Dubaï après que celle-ci eut été contrainte de quitter les ondes deux semaines auparavant, en raison semble-t-il de pressions qui auraient été exercées par le président du Pakistan, Pervez Moucharraf. « Geo News » est évincée du câble au Pakistan depuis le 3 novembre, soit depuis que Moucharraf a proclamé l'état d'urgence et décrété des ordonnances hostiles aux médias.

Les téléspectateurs du Pakistan peuvent regarder la chaîne s'ils ont une antenne satellite, mais l'appareil est peu répandu puisque le gouvernement en a interdit l'importation, dit RSF.

« Ils essaient de nous étrangler financièrement par tous les moyens possibles », déclare dans une lettre à RSF le président de « Geo TV », Imran Aslam. « Nous perdons un demi-million de dollars par jour », écrit-il. « Nous sommes prêts à dialoguer dans l'honneur, mais nous ne nous soumettrons pas à un accord humiliant et à des conditions qui minent notre crédibilité. »

Une autre importante chaîne de nouvelles pakistanaise, « ARY One », qui avait été fermée, a repris ses émissions le 22 novembre après avoir conclu une entente non dévoilée avec les autorités des médias de Dubaï.

En dépit de leur retour en ondes, « Geo TV » et « ARY One » envisageraient de quitter Dubaï en raison des pertes financières encourues par la fermeture décrétée aux EAU.

Entre-temps au Pakistan, Moucharraf maintient son emprise sur les médias. Deux stations de radio FM, « Power99 FM » et « Mast FM 103 », dont l'équipement a été saisi dans le cadre de l'état d'urgence, ne diffusent toujours pas et sont au bord de la faillite, fait remarquer RSF. À Islamabad, le gouvernement a accusé deux syndicats de journalistes, qui protestaient contre les ordonnances anti-médias, d'afficher des pancartes et de distribuer des brochures contenant des sentiments hostiles à l'État, rapportent la Fédération internationale des journalistes (FIJ) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ). Les plaintes pourraient mener à l'arrestation sans mandat et à la détention de membres des syndicats, et à des accusations criminelles.

Par ailleurs, la Fondation de la presse du Pakistan (Pakistan Press Foundation, PPF), en collaboration avec l'UNESCO, a décerné son Prix national de la liberté de la presse à Mukesh Rupeta, correspondant de « GEO TV » à Jacobabad. Rupeta a été détenu illégalement pendant plus de trois mois en 2006 pour avoir filmé une base de l'armée de l'air utilisée par les forces américaines. Il a tellement été torturé pendant sa détention que sa famille ne l'a pas reconnu lorsqu'elle l'a vu en cour. Rupeta n'a été libéré qu'après que « Geo TV » eut fait part de sa crainte pour sa sécurité après la découverte, une semaine plus tôt, du cadavre d'un journaliste dans la région tribale du Waziristan du Nord.

Consulter les sites suivants :
- RSF : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=24609
- CPJ : http://tinyurl.com/2crdvx
- FIJ : http://www.ifj.org/default.asp?Index=5565&Language=EN
- PPF, à propos de la récompense : http://tinyurl.com/yw5heg
- Charte des médias élaborée par les syndicats sur le site web de Rural Media Network Pakistan : http://online-rmnp.tripod.com/id12.html
- AsiaMedia, à propos de « Geo TV » et de « ARY One » : http://tinyurl.com/2drtqk
(4 décembre 2007)

Dernier Tweet :

Ahmed Abdulla AlAjaimi is a 21-year old Bahraini student who was arbitrarily arrested, disappeared, and tortured in… https://t.co/rx4soGw5KZ