RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Des militants incendient les domiciles de deux journalistes

La famille d'un journaliste pakistanais a assisté impuissante à la destruction de sa maison par des militants des Talibans qui l'ont fait exploser en pleine nuit, rapportent la Fondation de la presse du Pakistan (PPF), la Fédération internationale des journalistes (FIJ) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

À ce moment-là, Rahman Buneri, correspondant de Deewa Radio, le service en langue pachtoune de la Voix de l'Amérique (VOA), se trouvait à Karachi, où il vit et travaille. Les militants visent les demeures de la famille élargie de Buneri dans le district de Buner, situé dans la Province frontalière du Nord-Ouest, région volatile du Pakistan.

Une soixantaine d'hommes masqués et armés ont fait irruption dans la maison dans la nuit du 9 juillet, ont forcé le père de Buneri, deux belles-soeurs et les enfants à vider les lieux. Les talibans ont ensuite pillé et détruit les biens de la famille avant d'installer des explosifs sur tous les côtés de la maison, qui a été réduite en un tas de gravats, sans toutefois que l'attentat ne fasse de victimes, rapporte la PPF.

Buneri a déclaré à la PPF que les assaillants ont dit avoir reçu l'ordre de dynamiter la maison afin de punir Buneri d'avoir dénoncé les Talibans. Buneri croit pour sa part que l'attentat découle d'une entrevue qu'il a donnée sur VOA, dans laquelle il disait que les talibans patrouillaient les rues de plusieurs villages dans le district de Buner.

L'entrevue de Buneri sur VOA contredisait les prétentions du gouvernement selon lesquelles les talibans ont été en grande partie éliminés de la région, d'ajouter le CPJ.

La FIJ et le CPJ rapportent en outre que la veille de l'attentat, des militants d'un autre village du district de Buner sont descendus sur la maison de Behroz Khan, correspondant de GEO TV Peshawar, et l'ont incendiée. Des officiers de la sécurité auraient regardé les militants incendier la maison sans intervenir. Khan se trouvait à l'extérieur du pays à ce moment.

La PPF rapporte que le 11 juillet, le Syndicat des journalistes de Karachi (Karachi Union of Journalist, KUJ) et l'Association des journalistes de la télévision (Association of TV Journalists, ATJ) ont mené une manifestation de protestation à Karachi pour s'opposer aux attaques dont le nombre va croissant contre les journalistes qui couvrent la bataille entre les militants et les forces de sécurité pakistanaises.

Plus d'une vingtaine de journalistes ont été tués par des militants au cours de la guerre, indique le Syndicat fédéral des journalistes du Pakistan (Pakistan Federal Union of Journalists) affilié à la Fédération internationale des journalistes (FIJ).

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

This pooled editorial highlights the threats to press freedom in the Philippines under the presidency of Rodrigo Du… https://t.co/rNa3nXIMYR