RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un club de la presse est attaqué par un kamikaze

Les journalistes sont visés par les groupes extrémistes en représailles des tactiques de l’armée pakistanaise.
Les journalistes sont visés par les groupes extrémistes en représailles des tactiques de l’armée pakistanaise.

via IPI

Un kamikaze a fait exploser la charge qu'il portait dans les locaux du Club de presse de Peshawar le 22 décembre, entraînant dans la mort, en plus de lui-même, au moins quatre autres personnes, selon ce que rapportent la Fondation de la presse du Pakistan (Pakistan Press Foundation (PPF) et d'autres membres de l'IFEX.

Un jeune homme est entré par la porte du club de presse et s'est fait exploser lorsqu'il a été intercepté par un policier, rapporte la PPF. L'explosion a soufflé les fenêtres du club de presse et déchiqueté des véhicules situés à proximité, blessant 23 personnes. Aucun des 30 journalistes environ qui se trouvaient à l'étage du club n'a été blessé.

Peshawar, capitale de la province frontalière du Nord-Ouest (NWFP), a été récemment la cible de plusieurs attentats en représailles à la campagne menée par l'armée pakistanaise contre les Talibans et les militants d'al-Qaïda dans les zones tribales toutes proches, indique la PPF. Le club de presse et des officiels du Syndicat des journalistes de Kyber (Khyber Union of Journalists) avaient reçu dernièrement des menaces de la part de militants et de groupes d'insurgés.

Le Syndicat fédéral des journalistes du Pakistan (Pakistan Federal Union of Journalists, PFUJ) souligne que les menaces ont pour objectif de « les empêcher de fournir une couverture des activités menées contre les citoyens et activités terroristes ».

Le Secrétaire général de la PPF, Owais Ali, a déclaré à l'Institut international de la presse (IIP) qu'un grand nombre de journalistes n'ont pas l'argent nécessaire pour appliquer des mesures de sécurité; il a prévenu que si le gouvernement ne prend pas de mesures pour protéger les journalistes, ceux-ci pourraient bien se mettre à s'autocensurer afin d'éviter la colère des militants.

Dernier Tweet :

Subtle threat of media sustainability is as dangerous as restrictive, criminal defamation, intimidation, harassment… https://t.co/gr0AHdVRlE