RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les images de Mahomet provoquent la censure

Les caricatures du prophète Mahomet sur Facebook ont suscité l'outrage et la censure au Pakistan la semaine dernière. Les autorités ont déclenché une répression à grande échelle de l'Internet, bloquant jusqu'à 1 000 sites, dont Facebook, YouTube et Flickr, selon ce que rapportent la Fondation de la presse du Pakistan (Pakistan Press Foundation, PPF), ARTICLE 19 et Reporters sans frontières (RSF).

La journée où « Tout le monde dessine Mahomet » avait été organisée par les usagers suédois de Facebook, et invitait les gens à afficher des dessins du prophète Mahomet sur le site de réseautage social. L'islam interdit quelque représentation du Prophète que ce soit.

En réponse, des manifestations se sont déroulées le 19 mai à travers tout le Pakistan pour condamner Facebook, et le site lui-même a été bloqué par des responsables pakistanais parce qu'il était « blasphématoire et sacrilège ». Des milliers de personnes appuient l'interdit, certains appellent au blocage de tous les sites web occidentaux.

Un cyberactiviste local n'est toutefois pas d'accord. D'après la PPF, celui-ci a déclaré à la presse que « tandis que nous reconnaissons que certains sites sur Internet servent à répandre la haine et inciter à la violence, nous croyons fermement que les gouvernements n'ont pas le droit de contrôler l'accès à l'information ».

Après que les dessins eurent été affichés sur YouTube, la Haute cour de Lahore a ordonné à l'Autorité des Télécommunications du Pakistan de bloquer YouTube, Flickr, Wikipedia, Google, Twitter, certaines parties de la BBC, de même que l'accès à l'Internet par le service mobile de BlackBerry, rapporte ARTICLE 19.

Certains participants au forum des médias qui s'est tenu à Karachi pour discuter de l'interdit ont été agressés par des manifestants qui accusaient le groupe d'être des blasphémateurs.

Dans le passé, le Pakistan a déjà bloqué l'accès à YouTube, Blogspot et Flickr, ainsi qu'à des sites qui dévoilaient des informations sur la corruption reliée à des responsables politiques et sur les violations des droits de la personne par l'armée.

Dernier Tweet :

#Venezuela: Detienen a vecinos que exigían tener Internet en Aragua https://t.co/wvNxvzCBvl @espaciopublico