RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste assassiné au Baloutchistan

(RSF/IFEX) - Après avoir échappé à deux tentatives d'assassinat, Faiz Muhammad Sasoli, correspondant du quotidien "Aaj Kal" et de l'agence Independent News of Pakistan à Khuzdar, dans la province du Baloutchistan (Sud-Ouest), a été abattu d'une rafale de mitraillette le 27 juin 2010. Un groupe armé baloutche a revendiqué cet assassinat qui porte à six le nombre de professionnels des médias pakistanais tués depuis le début de l'année. Le Pakistan est le pays le plus dangereux au monde pour la presse.

"Les groupes insurgés baloutches qui ont choisi de pratiquer ces assassinats ciblés de journalistes desservent dramatiquement leur cause. Nous appelons à la fin immédiate de ces pratiques criminelles qui doivent être condamnées par tous les leaders baloutches. Et nous demandons aux gouvernements fédéral et provincial de mener une enquête sur l'assassinat de Faiz Muhammad Sasoli. En moins de deux ans, le Balouchistan est devenu l'une des régions les plus dangereuses au monde pour les journalistes qui sont pris dans le feu croisé des groupes insurgés et des forces de sécurité", a affirmé l'organisation.

Le 27 juin, un groupe d'hommes armés ont mitraillé le véhicule dans lequel circulait Faiz Muhammad Sasoli avec des membres de sa famille, près de l'hôtel Faisal dans le district de Khuzdar. Ancien président du club de la presse de la ville, Faiz Muhammad Sasoli est mort sur le coup.

Le journaliste, âgé de 27 ans, avait déjà échappé à deux tentatives d'assassinat. Il était la cible de menaces de mort constantes. Un groupe nationaliste baloutche l'avait accusé d'être un dirigeant du Baloch Defense Armed Group (proche des autorités) qui combat les groupes indépendantistes.

Faiz Muhammad Sasoli devait se marier dans un mois.

Selon des journalistes de Quetta interrogés par Reporters sans frontières, le Balochistan Liberation Army (BLA) a revendiqué la responsabilité de cet assassinat. Depuis la reprise de l'insurrection baloutche en 2006, au moins quatre journalistes ont été tués par des groupes combattants les autorités pakistanaises.

Par ailleurs, Munir Noor, reporter de la chaîne Samaa TV et du "Daily Messenger", a été frappé le 12 juin par des agents de la force paramilitaire Frontier Corps dans le même district de Khuzdar. Les paramilitaires tentaient de l'empêcher de couvrir les funérailles d'étudiants baloutches. Un officiel du Frontier Corps a présenté des excuses pour le sort réservé au journaliste.

Dans le même district de Khuzdar, le journaliste Wasi Ahmed avait été tué, en avril 2009, par des hommes armés.

Dernier Tweet :

Take a look at @DigitalRightsPK 's “Guidebook on Ethical Journalism for Digital Platforms”, which serves as a handy… https://t.co/L117vJEQCs