RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un groupe islamiste menace de "décapiter" les femmes journalistes de la télévision publique qui refusent de porter le voile

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières a adressé un courrier au Premier ministre palestinien, Ismaël Haniyeh, le 5 juin 2007, pour lui demander d'identifier et d'arrêter les membres d'un groupe armé qui a menacé de mort les journalistes et employées de la télévision publique palestinienne qui refusent de porter le voile.

"Tout doit être fait pour garantir la sécurité de ces professionnelles. Nous prenons ces menaces d'autant plus au sérieux que ce groupe extrémiste a revendiqué au cours des derniers mois un nombre important d'attentats dans la bande de Gaza", a déclaré l'organisation.

Le 1er juin 2007, les journalistes et employées de la Télévision Publique Palestienne (PBC) ont reçu un courriel du groupe islamiste "Epées de la vérité". Dans son message, le groupe dénonce la "perte de moralité" de la chaîne de télévision et reproche à ses journalistes d'apparaître devant les caméras sans voile, maquillées et habillées à la mode occidentale. "Nous couperons les gorges et les veines si nécessaire pour protéger la morale et l'éthique de la nation", a affirmé le groupe.

"Les Épées de la vérité", groupe récemment apparu dans la bande de Gaza, a revendiqué depuis la fin de l'année 2006 la destruction à l'explosif d'au moins une trentaine de cybercafés. Le groupe les accusait de fournir un accès à des contenus pornographiques aux jeunes Palestiniens. Ces attentats étaient précédés d'une série d'avertissements par courriel ou par fax.

Prenant ces menaces très au sérieux, certaines journaliste de la chaîne publique ne se sont pas rendues sur leur lieu de travail. Le 3 juin, elles se sont réunies devant le palais de la présidence à Gaza pour demander la protection des autorités. Le lendemain, une manifestation plus importante, réunissant plus d'une soixantaine de personnes, a été organisée par le Syndicat des journalistes palestiniens. Le président du Parlement, Dr. Ahmad Bahar, était présent pour condamner ces menaces.

Dernier Tweet :

#UAE detained British academic @Mhedgesh for months without charge, denying him due process, @hrw said. Abuses rais… https://t.co/4rIiq5NWpt