RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Reporters sans frontières dénonce l'impunité qui règne à Gaza

(RSF/IFEX) - Depuis le début de l'année, de nombreux médias et journalistes ont été pris pour cibles par des groupes armés, les forces de l'ordre de l'Autorité palestinienne ou encore la Force exécutive du Hamas, parti du Premier ministre Ismaël Haniyeh. Aucune enquête n'a été ouverte pour identifier et sanctionner les auteurs de ces exactions. Dans ce contexte d'impunité totale, des hommes armés ont pris d'assaut, le 5 juin 2007, les locaux de l'agence de presse indépendante Palmedia dans la ville de Gaza, devenue l'épicentre des violences contre les professionnels des médias dans les Territoires palestiniens.

"C'est l'ensemble de la profession qui paie aujourd'hui le prix de l'instabilité dans les Territoires, résultat des affrontements entre le Hamas et le Fatah. A Gaza les crimes et les délits commis à l'encontre des journalistes ne sont pas punis. Les autorités palestiniennes se sont non seulement révélées impuissantes à rétablir l'ordre dans la Bande de Gaza, mais leurs services de sécurité ont même été souvent impliqués dans des agressions contre la presse", a déclaré Reporters sans frontières.

Le 5 juin 2007, une vingtaine d'individus armés se sont introduits dans les locaux de l'agence de presse indépendante Palmedia en tirant des coups de feu en l'air. De nombreux journalistes de la rédaction se trouvaient encore sur les lieux. En vingt-cinq minutes, les agresseurs ont eu le temps d'emporter l'ensemble des équipements de travail (ordinateurs, téléphone central, appareils de transmission, etc.) sans être dérangés. Les bureaux de l'agence se situent pourtant à moins de 50 mètres du siège de la sécurité générale de l'Autorité palestinienne et à moins de 500 mètres du palais présidentiel de Mahmoud Abbas.

Reporters sans frontières a recensé au moins 15 agressions contre des professionnels des médias dans la ville de Gaza depuis le début de l'année 2007. Deux journalistes ont été tués le 13 mai: Souleimane Al-Aachi et Mohammed Mattar Abdou, du quotidien "Filistine", une publication proche du Hamas. Par ailleurs, trois journalistes ont été enlevés dont l'un, le correspondant de la BBC Alan Johnston, se trouve toujours entre les mains de ses ravisseurs. Au moins huit médias ont été attaqués ou saccagés. C'est ainsi qu'en février, des membres des Brigades Qassam, branche armée du Hamas, et des agents de la Force exécutive, contrôlée par le gouvernement du parti islamiste, ont envahi les locaux de la radio Al Aamal à Gaza, détruit le matériel et rendu les antennes de transmission inutilisables.

Dernier Tweet :

The @EFF Unveils Virtual Reality Tool To Help People Spot Surveillance Devices in Their Communities https://t.co/MpareFt3yy @privacyint