RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Trois journalistes arrêtés et interrogés par les services des renseignements généraux en Cisjordanie

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières dénonce l'interpellation de trois journalistes palestiniens par les services des renseignements généraux en Cisjordanie. Deux d'entre eux, collaborateurs de médias affiliés au Hamas, ont déjà subi par le passé de nombreux interrogatoires.

"Les journalistes palestiniens, victimes d'interpellations intempestives et répétées, continuent de travailler dans un climat angoissant. Les pressions qu'ils subissent sont directement liées au conflit qui divise le Fatah et le Hamas, les deux partis au pouvoir. De part et d'autre des Territoires, la liberté de la presse est bafouée au profit de règlements de comptes politiques", a déclaré l'organisation.

Le 8 mai 2008, Ossayd Amarneh, 23 ans, de la chaîne de télévision Al-Aqsa, affiliée au Hamas, a été interpellé en milieu de journée par des membres des services des renseignements généraux alors qu'il couvrait une manifestation commémorant le 60e anniversaire de la Naqba (catastrophe en arabe), à Bethléem (10 km au sud de Jérusalem). "J'ai été emmené au bureau des Moukhabarat (services de renseignements) où j'ai été interrogé jusqu'à minuit. J'ai été libéré grâce à l'intervention du président du Syndicat des journalistes, Naim Al-Toubaissi", a déclaré Ossayd Amarneh à Reporters sans frontières. Le journaliste a dû s'expliquer sur son travail avec Al-Aqsa TV et notamment sur la manière dont il envoyait ses images à la chaîne basée à Gaza. "Ils m'ont confisqué ma caméra après avoir visionné les images que j'avais tournées pendant la manifestation. À ce jour, je n'ai pas pu la récupérer", a ajouté le journaliste.

En novembre 2007, Ossayd Amarneh et son collègue Alaa Al-Titi avaient été détenus pendant vingt jours après avoir interviewé la famille d'un député du Hamas. Poursuivis pour "atteinte à l'unité nationale", les deux hommes avaient été acquittés en avril par le tribunal de première instance d'Hébron (30 km au sud de Jérusalem).

Le même jour, dans la ville de Kalkiliya (Cisjordanie), le directeur du quotidien "Palestine" (affilié au Hamas), Mustafa Sabri, a été interpellé par les services de renseignements de l'Autorité palestinienne. Il a été libéré deux jours plus tard après avoir subi plusieurs interrogatoires. Le 12 mai, le journaliste a dû de nouveau se présenter dans les locaux des Moukhabarat. Mustafa Sabri, 41 ans, avait été détenu pendant quatre jours, en février 2008, à Ramallah, par les forces de sécurité de l'Autorité palestinienne.

Toujours dans la ville de Kalkiliya, Mohammed Adba, 32 ans, photographe indépendant, a été interpellé le 8 mai par des membres des services de renseignements. Il a été interrogé pendant plusieurs heures avant d'être libéré.

Au total, huit professionnels des médias ont été interpellés depuis le début de l'année 2008 en Cisjordanie. Quatre autres ont été interrogés par les forces de l'ordre dans la Bande de Gaza.

Reporters sans frontières a publié, le 3 mai 2008, les noms de 38 prédateurs de la liberté de la presse dans le monde. La Force exécutive (Bande de Gaza), bras armé du Hamas, et les forces de sécurité de l'Autorité palestinienne (Cisjordanie) apparaissent dans cette liste.

Dernier Tweet :

Pakistani journalist Muhammad Yasir fled his homeland after a grenade attack on his office. He travelled through Eu… https://t.co/YCBoZsdyu3