RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les violations commises en 2011 par les forces de sécurité palestiniennes dépassent celles commises par les forces israéliennes, dit le rapport du MADA

Pour la première fois, les violations des libertés des médias commises en Palestine par les services de sécurité palestiniens surpassent en nombre celles commises en 2011 par les Forces d'occupation israéliennes (FOI), mais les violations des FOI constituent une « menace plus grande », dit dans son rapport annuel le Centre palestinien pour le développement et la liberté des médias (Palestinian Center for Development and Media Freedoms, MADA).

Selon le MADA, les services de sécurité palestiniens ont commis 106 violations en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza, tandis que les FOI et les colons en ont commis 100 en 2011. Bien que le nombre total des violations n'ait pas beaucoup changé par rapport à 2010, la ventilation est considérablement différente : on dénombre en effet 79 violations palestiniennes et 139 violations des FOI, dit le MADA.

Le MADA rejette la responsabilité des divisions politiques continues chez les Palestiniens sur l'accroissement marqué du nombre des violations commises par les services de sécurité palestiniens. « En dépit de la ratification en 2011 d'une entente de réconciliation entre le Fatah et le Hamas, aucun progrès véritable dans le sens d'un apaisement n'a été réalisé, et il y a toujours absence de reddition de comptes de la part des contrevenants », dit le MADA.

Les améliorations véritables sont négligeables « sans la fin de l'occupation et la ratification de la réconciliation politique palestinienne », ajoute le MADA.

Mais les violations des FOI constituent une menace plus grande pour les journalistes, qui sont visés par « le recours excessif et inapproprié de l'armement qui sert au contrôle des foules », comme les balles de métal enrobées de caoutchouc, les gaz lacrymogènes et les grenades, dit le MADA.

Malheureusement, ces attaques se poursuivent en 2012, selon ce que rapportent le MADA et d'autres groupes. D'après le Réseau arabe d'information sur les droits de la personne (Arabic Network for Human Rights Information, ANHRI), quatre journalistes ont été visés et attaqués le 11 février avec au gaz lacrymogène et par des balles de caoutchouc tandis qu'ils couvraient des confrontations entre les forces israéliennes et des manifestants près de la prison d'Ofer, à l'ouest de Ramallah.

Et aujourd'hui même (29 février), des soldats israéliens ont effectué une descente dans deux stations de télévision palestiniennes, Watan TV et la télévision éducative Alquds, en Cisjordanie, où elles ont confisqué des transmetteurs qui, de l'avis de l'armée, nuisaient aux communications du trafic aérien, selon ce que rapporte le MADA.

De plus, ajoute le MADA, dans des cas de violations non violentes, comme les restrictions de mouvement, l'interdiction de déplacement ou l'empêchement de couvrir un événement, de nombreux journalistes ne rapportent pas l'incident.

D'après le rapport, la violation la plus grave survenue en 2011 a été le meurtre à Gaza du journaliste italien Vittorio Arrigoni par un groupe armé. En tant que militant de solidarité bien connu, Arrigoni avait passé trois ans à vivre et à couvrir la situation dans la Bande de Gaza, écrivant des articles et attirant l'attention sur les conditions de vie des gens de Gaza par suite du blocus et du siège exercé par Israël.

Le rapport annuel du MADA recense toutes les violations commises contre les journalistes et les libertés des médias, que le MADA suit de près, en plus de l'analyse des types de violations les plus flagrantes et les plus dangereuses commises en 2011.

Télécharger ici (en anglais).

Dernier Tweet :

Freedom of Association and Assembly are fundamental pillars of democracy, yet they are under threat across the worl… https://t.co/khKDn65e2i