RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

L'Assemblée retire un projet de loi controversé sur la diffamation

Un projet de loi controversé qui prévoyait jusqu'à quatre ans de prison pour ceux qui « insultent » le président ou d'autres élus a été retiré par le président de l'Assemblée nationale du Panama, rapporte Reporters sans frontières (RSF). Le projet de loi avait été éreinté par les membres de l'IFEX.

Le projet de loi avait été annoncé le 5 janvier - moins d'une semaine avant d'être retiré - et avait suscité de sévères critiques de l'opposition et des journalistes, qui faisaient valoir qu'il constituait une attaque contre la libre expression. « Après avoir écouté les diverses organisations de journalistes, nous avons décidé de le retirer », a dit le président de l'Assemblée nationale José Muñoz, l'un des parrains du projet de loi.

L'annonce est survenue après que le président du Panama Ricardo Martinelli eut prévenu que même si le projet de loi avait été adopté, il aurait opposé son veto.

RSF, la Société interaméricaine de la presse (SIP) et l'Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC), de même que d'autres groupes concernés tels que la Guilde nationale des journalistes du Panama, s'opposaient au projet de loi, le qualifiant de « pas en arrière » pour la liberté d'expression, qui évoquait les règles du bâillon en vigueur à l'époque de la dictature.

D'après la SIP, l'Argentine, le Chili, le Guatemala, le Honduras, le Paraguay, le Pérou et l'Uruguay ont abrogé ces dernières années leurs lois sur les insultes.

Quatre autres projets de loi concernant les droits des médias et la libre expression sont actuellement à l'étude devant l'Assemblée nationale, selon RSF. L'un d'eux, déposé en octobre, prévoit l'accroissement de la peine maximale pour diffamation, qui passerait de 18 mois à cinq ans de prison.

ADDITIONAL INFORMATION
Alertes liées au même sujet sur ifex.org


Dernier Tweet :

Organizaciones y académicos de EE.UU presentaron los “Principios de Santa Clara”, un conjunto de estándares mínimos… https://t.co/S9OqqDSYql