RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Une journaliste surveillée


(RSF/IFEX) - Dans une lettre adressée au ministre de l'Intérieur, le général Walter Chacon Málaga, RSF a exprimé sa préoccupation "devant la surveillance dont fait l'objet Cecilia Valenzuela, après avoir mis en cause les services de renseignements (Servicio de inteligencia nacional - SIN)". L'organisation a demandé au ministre qu'une enquête soit ouverte "afin de faire toute la lumière sur cette affaire". "En mai 1998, la journaliste avait déjà reçu des menaces de mort attribuées au SIN", a rappelé Robert Ménard, secrétaire général de RSF (veuillez voir l'alerte de l'IFEX du 29 mai 1998).


Selon les informations obtenues par RSF, Valenzuela, directrice de l'agence de presse en ligne imediaperu.com, est suivie depuis qu'elle a publié une série d'articles mettant en cause le SIN dans une affaire de trafic d'armes et de drogue. La journaliste affirme que, depuis le 31 août 2000, une camionnette aux vitres teintées est stationnée devant les bureaux de l'agence et que, le 4 septembre, une voiture a tenté de la renverser devant son domicile. De plus, depuis le 2 septembre, Valenzuela fait également l'objet d'une campagne de dénigrement dans une partie de la presse populaire, contrôlée, d'après plusieurs observateurs, par le SIN.

RSF a recensé en 1997 et 1998, plusieurs cas de pressions exercées sur une quinzaine de journalistes d'investigation : écoutes téléphoniques, menaces de poursuites judiciaires, menaces de mort, etc. Le 26 mai 1998, Valenzuela, alors directrice de l'émission Ici et maintenant diffusée sur Andina de Television, avait reçu des menaces de mort après avoir révélé plusieurs cas de violations des droits de l'homme par des militaires.


Dernier Tweet :

Nuestro miembro @ARTIGO19 lanzó una publicación sobre noticias falsas, desinformación y elecciones, para comprender… https://t.co/CtyOPG73uw