RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste en clandestinité a reçu des menaces de mort et craint pour sa vie

(RSF/IFEX) - RSF s'inquiète du sort de Paul Garay, directeur de l'hebdomadaire "Del Pueblo" et collaborateur de Radio Stereo 92.9, à Pucallpa (département d'Ucayali, Est), forcé d'entrer dans la clandestinité depuis la fin du mois d'avril 2008 après avoir reçu des menaces de mort et subi une tentative d'enlèvement. Le journaliste soupçonne le maire de Pucallpa, déjà mis en cause dans l'assassinat d'un journaliste en 2004, et un ancien président du gouvernement régional d'Ucayali, d'être à l'origine de ces tentatives d'intimidations.

"L'exil d'un journaliste constitue un revers pour la liberté de la presse et nous demandons que toutes les mesures de protection soient prises en faveur de Paul Garay pour éviter d'en arriver à cette extrémité. La situation du directeur de l'hebdomadaire 'Del Pueblo' illustre une fois de plus l'incroyable sentiment d'impunité dont se parent des élus pourtant eux-mêmes en délicatesse avec la justice. L'enquête que nous appelons en l'occurrence de nos voeux doit également constituer un signal fort pour que cette tendance cesse", a déclaré RSF.

Les menaces adressées à Paul Garay ont débuté après la publication, le 1er avril, d'un article du journaliste dénonçant une fraude immobilière bénéficiant à Edwin Vásquez López, ancien président du département d'Ucayali. Le même jour, des individus aux ordres de l'ex-dirigeant régional se sont présentés chez le directeur de "Del Pueblo": "J'ai été agressé lors d'une tentative d'enlèvement menée par des sbires de l'ex-président régional, Edwin Vásquez López, actuellement sous le coup d'une enquête du ministère public pour des actes de déforestation en Amazonie péruvienne", a déclaré Garay à RSF. Depuis, il a été recherché à plusieurs reprises par des inconnus. "Ils voulaient m'attraper pour me tuer, il n'y a pas d'autre explication. Les autorités policières n'ont pas pu m'aider. On vit dans un no man's land, c'est chacun pour soi."

Le journaliste, qui envisage de quitter le pays, a par ailleurs signalé la nette détérioration de ses relations avec le maire de Pucallpa, Luis Valdez Villacorta. Garay l'a, en effet, soupçonné d'être le commanditaire de l'assassinat d'Alberto Rivera Fernández, de la station Frecuencia Oriental, tué par balles le 21 avril 2004 à Pucallpa. En novembre 2007, Valdez Villacorta avait été acquitté par la justice d'Ucayali. La Cour suprême envisage néanmoins de casser la sentence initiale. Paul Garay a également dénoncé l'implication du maire de Pucallpa dans une affaire de malversations de fonds municipaux destinés à un programme d'aide alimentaire aux enfants.

Dernier Tweet :

Azerbaijani activist Ilgar Mammadov - released from jail after 5 years but still not free https://t.co/ysZWsFUKjU @EFF