RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les journalistes sont visés parce qu'ils font leur travail

Un juge péruvien braque un pistolet en direction d’un reporter : les journalistes sont de plus en plus attaqués rien que parce qu’ils pratiquent leur profession.
Un juge péruvien braque un pistolet en direction d’un reporter : les journalistes sont de plus en plus attaqués rien que parce qu’ils pratiquent leur profession.

via CPJ

Les journalistes péruviens sont censurés, poignardés, tabassés jusqu'à perdre connaissance et menacés de prison parce qu'ils couvrent des affaires de corruption, parce qu'ils critiquent les politiciens locaux et parce qu'ils jettent la lumière sur les protestations et l'injustice sociale, rapportent l'Institut pour la presse et la société (Instituto Prensa y Sociedad, IPYS) et l'Observatoire latino-américain pour la liberté d'expression (Observatorio Latinoamericano para la Libertad de Expresión, OLA).

Le journaliste Geovanni Acate, directeur de Radio Televisión Oriente à Yurimaguas, dans la région de Loreto, risque dix ans de prison pour avoir couvert les manifestations de protestation qui se sont déroulées dans la région en 2009. Le journaliste est accusé de « crimes contre la paix publique », entre autres allégations. D'autres journalistes ont aussi été mis en accusation après avoir couvert des manifestations locales.

Le 8 avril, l'administrateur de « Radio La Mega » a mis fin à une émission produite et animée par les journalistes Javier Arnao et Freddy Guevara parce qu'elle critiquait l'administration du maire de la ville de Ica.

La veille, le journaliste Orlando Rucana Cuba, rédacteur en chef du journal « La Revista » et directeur de l'émission de nouvelles « ITN », a été agressé par la police et des gardiens de sécurité à Huaraz. Rucana Cuba était en train de filmer un groupe de policiers municipaux et de gardiens de sécurité tandis qu'ils évinçaient du secteur des marchands ambulants.

Le 31 mars, le journaliste Ronald Escobar Alegría, directeur de l'émission de radio « Vox Populi », a été poignardé par un employé municipal parce qu'il couvrait une affaire de corruption impliquant le maire de l'endroit, à Urubamba, dans la région de Cusco.

Dernier Tweet :

Call for applications for IWMF reporting trips to Rwanda and the DRC in May 2018. https://t.co/FqhSNhcnLE…… https://t.co/1imHfT9vN3