RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Ménard quitte le Centre de Doha

L'ancien directeur de Reporters sans frontières (RSF), Robert Ménard, et son équipe ont quitté le Centre de Doha pour la liberté des médias (Doha Centre for Media Freedom), une organisation internationale relativement nouvelle de défense de la liberté de la presse, basée au Qatar, rapporte RSF.

Ménard a remis sa démission le 19 juin, disant que les autorités qataries « étouffaient » le centre. Il a protesté contre le refus du Qatar de réformer les lois répressives sur la presse et contre le refus des autorités de délivrer des visas aux journalistes iraniens et autres, qui courent selon lui le risque de persécutions.

« Certains responsables qataris n'ont jamais voulu d'un Centre indépendant, libre de s'exprimer en dehors de toute considération politique ou diplomatique, libre de critiquer le Qatar lui-même : or, comment être crédible si l'on passe sous silence les problèmes dans le pays qui vous accueille ? », a indiqué Ménard dans une déclaration.

« J'étais prêt à des compromis tant que l'essentiel - les aides distribuées, nos prises de position - était sauf. Ce n'est plus le cas », a-t-il ajouté.

Depuis ses débuts en décembre 2007, le centre a apporté son aide à 250 journalistes et organisations de médias en danger à travers le monde, souvent avec des fonds, de l'aide juridique et de l'argent pour des soins médicaux. Le centre offrait aussi des conseils pour ceux et celles qui sont poursuivis devant les tribunaux, notamment sur la façon de mieux se défendre aux échelons régional et international.

Parmi les autres réalisations, on note un appui à la création d'une agence de nouvelles somalienne indépendante, la distribution de gilets pare-balles aux journalistes de Somalie, d'Irak, du Pakistan et de Gaza, et la fourniture de papier journal aux journaux de Guinée-Bissau, qui ont cessé de paraître en raison de la pénurie de papier journal.

Le Centre de Doha a été mis sur pied en vertu d'un décret de l'émir du Qatar, Sheikh Hamad bin Khalifa al-Thani, et est placé sous les auspices de Sheikha Mozah bint Nasser al-Missned, l'épouse de l'émir, dont Ménard a loué l'appui à la liberté des médias. Ménard était directeur général depuis le 1er avril 2008.

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

Finlande : des cyber-harceleurs pro-Kremlin jugés pour avoir mené des campagnes de diffamation contre une journalis… https://t.co/uRemWi2oPs