RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Plus de 300 journalistes ont été tués en Russie depuis 1993, indique un rapport conjoint

Le meurtre de la journaliste russe Anna Politkovskaïa, en octobre 2006, a secoué le monde. « Pourtant, pour chaque Anna, il y a de nombreux journalistes moins connus tués à cause de leur travail à travers la Russie », dit la Fédération internationale des journalistes (FIJ) dans un nouveau dossier sur les 313 journalistes russes tués depuis 1993.

« Partial Justice » (Justice partielle) et la base de donnée qui l'accompagne présentent un dossier exhaustif des meurtres, « qu'ils aient eu lieu dans un échange de coups de feu dans des zones de conflit, ou que ce soient des homicides et des assassinats commandités; qu'il s'agisse de journalistes assassinés à cause de leur travail ou dans des accidents inexpliqués, ou même pour des motifs privés ».

La revue de la FIJ, réalisée en collaboration avec le Syndicat des journalistes de Russie, la Fondation pour la défense de la glasnost et le Centre pour le journalisme en situations extrêmes (Centre for Journalism in Extreme Situations), montre que, de tous les journalistes tués en Russie depuis 1993, jusqu'à 124 d'entre eux sont morts en raison directe de leur travail.

Le rapport révèle en outre que la totale impunité qui, jusqu'en 1997, avait protégé les tueurs de journalistes, recule graduellement, et qu'un nombre croissant d'enquêtes ont mené à des poursuites et à une forme de « justice partielle ».

Malheureusement, dans certaines parties du pays il n'y a pas de poursuites pour les assassinats de journalistes, en particulier dans le Nord Caucase (y compris en Tchétchénie) et à Saint-Pétersbourg. De plus, la FIJ note que « ceux qui ont ordonné ces homicides et organisé l'embauche et la rémunération des tueurs n'ont à peu près jamais été inculpés, et encore moins poursuivis ».

D'un bout à l'autre du rapport, les auteurs soulèvent sans relâche deux grandes questions : Pourquoi ce journaliste ou ce travailleur des médias est-il mort ? Et si un crime a été commis, qu'ont fait les autorités ?

« Partial Justice » (anglais)
ifj_partial_justice_report.pdf (1391 KB)

ADDITIONAL INFORMATION
Ressources additionnelles


Dernier Tweet :

Freedom on the Net 2018: "The Asia-Pacific region led the world in intentional internet disruptions, egregious crim… https://t.co/vz87Fe28ZI