RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Des journalistes sont agressés et reconnus coupables après avoir couvert des projets controversés de construction d'autoroutes

Mikhaïl Beketov a dû être transporté en ambulance pour assister à son procès en diffamation criminelle
Mikhaïl Beketov a dû être transporté en ambulance pour assister à son procès en diffamation criminelle

Foundation in Support of Mikhail Beketov via CPJ

La forêt de Khimki, d'une étendue de 1 000 hectares près de Moscou, abrite une faune composée de renards, d'élans, de sangliers et d'un certain nombre d'espèces d'insectes et de plantes considérées comme menacées. Alors, quand les autorités locales ont commencé à construire une nouvelle autoroute de 8 milliards de dollars qui doit traverser la forêt afin de relier Moscou à Saint-Pétersbourg, cela n'a pas plu à la communauté locale.

Un journaliste qui couvrait le projet a été brutalement agressé plus tôt ce mois-ci, tandis qu'un autre a été reconnu coupable de diffamation contre le maire qui a ordonné l'autoroute, selon ce que rapportent le Centre pour le journalisme en situations extrêmes (Center for Journalism in Extreme Situations, CJES), la Fondation pour la défense de la glasnost, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), Comité le des écrivains en prison du PEN International (WiPC) et d'autres membres de l'IFEX.

Le 6 novembre, Oleg Kachine, reporter au journal « Kommersant », a été attaqué par des inconnus à l'extérieur de son domicile de Moscou qui l'attendaient avec un bouquet de fleurs. Il a été frappé à près de 50 reprises à coups de barre de fer, et il a subi des fractures au crâne, à la mâchoire, aux doigts et à une jambe. Kachine avait reçu des menaces de mort de la part d'un groupe de jeunes favorables au Kremlin à la suite de ses reportages sur le projet de la forêt de Khimki.

L'agression a été captée par une caméra de sécurité et peut être vue ici (public averti seulement) : http://www.youtube.com/watch?v=T96NFuxZ8Mo

« Il est absolument évident que les gens qui ont fait cela n'aimaient pas ce qu'il disait ni ce qu'il écrivait », a déclaré le rédacteur en chef de Kachine, Mikhaïl Mikhailine, à une station de radio locale. « Je pense qu'ils voulaient le tuer. Ils l'ont presque certainement suivi pendant une semaine, ils l'ont surveillé chez lui, l'ont suivi au travail, ils ont écouté son téléphone. Les deux personnes qui l'attendaient - c'était la dernière étape de l'opération, pas le commencement. »

Le Président Dmitri Medvedev a déclaré qu'il apparaissait clairement que Kachine a été agressé à cause de son travail. « Ce n'est pas comme ça qu'on vole des porte-monnaie, d'habitude », a-t-il dit à la télévision, ajoutant que l'agression ferait l'objet d'une enquête, « peu importe qui en est le cerveau ». La première agence d'enquête criminelle du pays, le Comité d'enquêtes de Russie, vient d'ouvrir une investigation sur cette affaire. Medvedev a décidé en août de suspendre la construction de l'autoroute en attendant d'autres auditions.

Malheureusement, cela ne signifie pas la fin des violences reliées à l'autoroute. Le CPJ rapporte qu'un militant de l'environnement, Konstantin Fetisov, qui s'efforce de faire cesser la construction de la route, a été détenu par la police et interrogé la semaine dernière. Peu après avoir été relâché, il a été attaqué à Khimki par des assaillants qui lui ont fracturé le crâne à coups de bâton de baseball. Il est actuellement dans un coma provoqué.

L'histoire s'envenime - Mikhaïl Beketov, journaliste et ancien rédacteur en chef du journal indépendant « Khimkinskaïa Pravda », vient juste d'être reconnu coupable de diffamation à l'égard du maire de Khimki, Vladimir Streltchenko. Streltchenko est l'initiateur et le parrain du projet.

Il y a deux ans, Beketov a été violemment attaqué. Ses assaillants lui ont infligé des fractures au crâne et aux jambes, lui ont écrasé les doigts des deux mains, ce qui a entraîné l'amputation des doigts et d'une jambe. On l'a présenté devant le tribunal en fauteuil roulant pour entendre le 10 novembre le verdict de culpabilité prononcé contre lui.

Le lendemain du verdict, le Comité des enquêtes a rouvert l'affaire de l'agression contre Beketov, qui avait été suspendue par manque de suspects.

« Il est révoltant que la Russie ait condamné Mikhaïl Beketov et qu'elle permette aux criminels qui l'ont presque assassiné il y a deux ans de circuler en liberté », dit le CPJ.

Dans un autre incident apparemment sans rapport avec le premier, Anatoli Adamtchuk, reporter à l'hebdomadaire « Jukovskiye Vesti » de Moscou, a subi une commotion cérébrale et des blessures à la tête quand il a été agressé le 8 novembre à l'extérieur des bureaux de son journal à Jukovsky. En plus d'être hospitalisé, il partage un autre trait avec Kachine : il avait lui aussi couvert les manifestations de protestation contre un projet d'autoroute. Adamtchuk avait couvert les arrestations d'enfants qui protestaient contre la coupe des arbres dans la forêt de Tsagovsky pour faire place à une route menant à un spectacle aérien local.

Le WiPC vous demande d'exiger la tenue d'une enquête pleine et entière sur les agressions, de même que l'abandon des accusations de diffamation portées contre Beketov.

Cliquez ici pour aller sur le site web du PEN International, où vous trouverez des précisions sur la destination des appels
ADDITIONAL INFORMATION
Alertes liées au même sujet sur ifex.org


Dernier Tweet :

Pedro Jaimes lleva tres meses detenido arbitrariamente en vergonzoso accionar del régimen venezolano… https://t.co/XhxZwDEXbv