RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La condamnation d'ultra-nationalistes pour le meurtre d'un avocat et d'une journaliste constitue une victoire pour la justice, disent les membres de l'IFEX

Nikita Tikhonov (à droite) et Yevgenïa Khasis sourient en entendant les lourdes peines de prison au tribunal de Moscou pour le meurtre de l’avocat Stanislav Markelov et de la journaliste Anastasia Baburova
Nikita Tikhonov (à droite) et Yevgenïa Khasis sourient en entendant les lourdes peines de prison au tribunal de Moscou pour le meurtre de l’avocat Stanislav Markelov et de la journaliste Anastasia Baburova

REUTERS/Mikhail Voskresenskiy

Deux ultra-nationalistes ont été reconnus coupables et condamnés à de lourdes peines de prison pour le double meurtre survenu en janvier 2009 de Stanislav Markelov, avocat des droits de la personne, et d'Anastasia Baburova, reporter en formation à la « Novaïa Gazeta » - une victoire marquante sur l'impunité en Russie, disent la Fondation pour la défense de la glasnost (GDF), le Centre pour le journalisme en situations extrêmes (Center for Journalism in Extreme Situations, CJES) et d'autres groupes membres de l'IFEX.

« Pour une fois, une enquête sérieuse a été effectuée en Russie sur les meurtres d'un défenseur des droits de la personne et d'une journaliste », dit Reporters sans frontières (RSF). « Cela est très rare et cela mérite d'être souligné. »

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) rapporte que Nikita Tikhonov a été condamné à la prison à vie pour le meurtre de Markelov et de Baburova en janvier 2009, assassinés au moment où ils quittaient une conférence de presse à Moscou. Tikhonov a abattu Markelov d'un projectile tiré à bout portant à l'arrière de la tête au moyen d'un pistolet, puis a abattu Baburova - à ce que l'on dit, parce qu'elle aurait pu l'identifier.

La petite amie de Tikhonov, Yevgenïa Khasis, a elle aussi été traduite en justice et condamnée à 18 ans dans une colonie pénitentiaire pour avoir aidé à coordonner l'attentat, dit le CPJ.

Un jury du tribunal municipal de Moscou a trouvé le duo coupable à la fin du mois dernier après avoir entendu que les assassins avaient visé Markelov en raison de ses poursuites contre les néo-nazis. Tikhonov avait d'abord avoué, mais les deux accusés ont par la suite prétendu n'être pas responsables des décès.

Contrairement aux autres procès contestés en rapport avec d'autres assassinats de personnalités connues comme celui d'Anna Politkovskaïa en 2006, la famille et les collègues des victimes se sont déclarés satisfaits de l'issue de ce procès. Le frère de Markelov, Mikhaïl, a déclaré à RSF que « le procès avait été mené de manière ouverte et honnête ».

Le rédacteur en chef de la « Novaïa Gazeta », Dimitri Muratov, a dit faire confiance au jury et penser que la preuve présentée par la poursuite était « probante ».

Au cours du procès, qui a duré plus de trois mois, les jurés ont entendu que Tikhonov, 31 ans, et Khasis, 26 ans, étaient impliqués dans un groupe d'extrême droite appelé Russky Obraz, selon ce que nous apprennent les dépêches.

Le mobile de Tikhonov était la vengeance parce que Markelov était l'avocat qui représentait la famille d'un jeune militant anti-fasciste assassiné en 2006. Un mandat de perquisition avait été émis contre Tikhonov en rapport avec ce meurtre. Bien qu'il n'ait pas été capturé, Tikhonov avait été contraint d'entrer dans la clandestinité tandis que trois de ses complices avaient reçu de lourdes peines de prison suite aux efforts de Markelov.

D'après la GDF, dans les derniers jours du procès, Tikhonov et Khasis auraient tenté de se suicider « pour protester contre l'anarchie qui triomphe au tribunal », a affirmé l'un des procureurs de la défense. Mais Vladimir Zherebyonkov, qui représentait les intérêts des victimes, a décrit leurs efforts comme « des tentatives pour étirer le procès et inspirer la pitié chez les jurés ».

Les avocats de la défense ont annoncé qu'ils interjetteraient appel.

Selon RSF, il reste des questions sans réponse dans cette affaire. « La poursuite a mentionné plusieurs fois l'existence d'autres complices. Qui étaient-ils et jusqu'à quel point étaient-ils impliqués ? », demande RSF.

D'après le « Guardian », les néo-nazis ont déjà affiché dans des forums en ligne des messages dans lesquels ils menaçaient le juge qui présidait le procès. Mais Natalïa Yudina, du Centre Sova, un groupe qui traque les agressions nationalistes, a exprimé l'espoir que l'issue du procès aura un effet dissuasif.

« Au cours de la dernière année, a dit Yudina, on a constaté une augmentation du nombre des verdicts de culpabilité dans les affaires de crimes haineux de néo-nazis; nous avons constaté en outre une diminution correspondante du nombre des attaques racistes violentes. » « Il ne fait aucun doute que les longues sentences ont un effet, et la décision du tribunal aujourd'hui représente un pas de plus dans la bonne direction. »

Dernier Tweet :

18 years after the abduction and sexual assault of @jbedoyalima, we're still waiting for @IACHumanRights to decide… https://t.co/6uXGtixQjA