RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Russie : Une journaliste d'investigation est menacée de mort

Michelle Obama et John Kerry honorent la journaliste Elena Milashina avec le prix
Michelle Obama et John Kerry honorent la journaliste Elena Milashina avec le prix "International Women of Courage," le 8 mars 2013

AP Photo/Manuel Balce Ceneta

Cet article a été initialement publié sur hrw.org le 11 juin 2015.

Un média quasi-officiel tchétchène a apparemment proféré des menaces de mort à l'encontre d'une journaliste d'investigation russe réputée, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Les autorités russes devraient enquêter immédiatement et impartialement au sujet de ces menaces apparentes.

Un éditorial paru le 19 mai sur le site de Grozny-Inform – le journal en ligne le plus lu en Tchétchénie, et proche du pouvoir – a averti qu'Elena Milashina pourrait subir le même sort qu'Anna Politkovskaya, la journaliste de Novaya Gazeta assassinée en 2006, et Boris Nemtsov, le leader de l'opposition politique russe assassiné en mars dernier. L'éditorial a imputé la responsabilité de ces deux meurtres aux services de renseignement américains et israéliens, entre autres, soutenant qu'il s'agissait de provocations visant à déstabiliser la Russie.

« Grozny-Inform affirme qu'il n'y a pas de différence entre Elena Milashina et une autre journaliste qui a été assassinée, et avec un leader de l'opposition qui a lui aussi été assassiné », a déclaré Hugh Williamson, directeur de la division Europe et Asie centrale à Human Rights Watch. « Compte tenu du contexte dans lequel cet éditorial est paru, de la nature du travail d'Elena Milashina, ainsi que des liens étroits entre Grozny-Inform et le pouvoir en Tchétchénie, les autorités russes devraient traiter ces propos comme une menace de mort sérieuse. »

Il y a plusieurs semaines, des agents à un poste de contrôle en Tchétchénie ont dit à Elena Milashina qu'elle aurait intérêt à « faire attention », alors qu'elle enquêtait sur le mariage arrangé d'une jeune fille tchétchène de 17 ans à un chef de police déjà marié – donc polygame – proche de Ramzan Kadyrov, chef de la République tchétchène. Ces menaces ont conduit Novaya Gazeta, le journal pour lequel Elena Milashina travaille, à exiger formellement une enquête et à suspendre provisoirement toute enquête en Tchétchénie.

En 2009, Elena Milashina a été nommée colauréate du prestigieux prix Alison Des Forges, décerné chaque année par Human Rights afin de saluer « le courage de personnes qui mettent leur vie en danger pour protéger la dignité et les droits d'autrui ».

Communiqué intégral en anglais :

http://www.hrw.org/news/2015/06/10/russia-investigative-journalist-facing-death-threats

Dernier Tweet :

Macedonian NGO Metamorphosis rejects accusations that it organised street protests https://t.co/4PrcDqEKKv @hrw… https://t.co/LZQjzdG34S