RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

PROFIL

Maria Kozlovskaya

Maria Kozlovskaya est un avocat russe qui est à la tête du combat pour la défense de militants LGBT (Lesbienne, Gay, Bisexuel et Transgenre) dans des procès en vertu des lois sur la « propagande » anti-homosexuel, et dans la lutte contre la discrimination au quotidien, le harcèlement et la violence à leur encontre.

Maria [email protected]

Dans une déclaration publiée par le réseau russe des LGBT concernant l'impact de la législation interdisant la « propagande homosexuelle », Maria Kozlovskaya a dit:

Ces lois interdisant la ' propagande de l'homosexualité ' adoptée dans 10 États fédérés de la Russie et le projet de loi fédérale similaire en préparation font tous partie de la ... criminalisation du travail des militants des droits humains.

Maria Kozlovskaya est un avocate russe qui est à la tête du combat pour la défense de militants LGBT dans des procès en vertu des lois sur la « propagande » anti-homosexuel, et dans la lutte contre la discrimination au quotidien, le harcèlement et la violence à leur encontre.

Les préjugés contre les personnes à orientations sexuelles différentes (LGBT) en Russie sont omniprésents, avec l'homophobie d'Etat dans les médias et la violence dans les rues. Cette situation a été exacerbée en 2013 lorsqu'une loi a été adoptée qui pénalise les publications destinées aux jeunes qui pourraient être interprétées comme de la « propagande en faveur de l'orientation sexuelle non traditionnelle » - plus largement interprétée comme se référant aux relations lesbiennes, homosexuelles et bisexuelles. Des organisations telles que Human Rights Watch soulignent que non seulement cette loi est discriminatoire mais aussi elle «... légitime la violence anti-LGBT et cherche à éliminer les personnes LGBT de la vie publique dans le pays ». Human Rights Watch a renchéri en disant que dans les 12 mois après sa promulgation, la loi n'avait été appliquée que dans quatre cas. Bien que ce fut « quatre cas de trop », Human Rights Watch a vu cela comme une indication qu'il n'y avait pas de « problème » généralisée de « propagande » des LGBT menaçant les jeunes que la loi était censée résoudre, mais plutôt que la loi a peu d'intérêt pour les enfants et qu'il est, en définitive, un outil de discrimination.

L'un des quatre cas susmentionnés était contre l'un des clients de Kozlovskaya, Yelena Klimova du réseau social Deti-404 (Children 404), un projet qu'elle a lancé en mars 2013 lorsque la « loi de propagande » anti gay était débattue dans un climat dangereux et hostile pour les personnes LGBT. Deti-404 offre un espace vital sûr où les adolescents peuvent discuter de leurs problèmes et trouver du soutien. Pour cela, Deti-404 a été traduit en justice à plusieurs reprises dans le cadre de la nouvelle loi pour promotion des « relations sexuelles non conventionnelles ». En 2014, un de ces procès a conduit à un acquittement mais un autre, en janvier 2015, s'est soldé par une amende de 50 mille roubles (USD 880) sur une plainte déposée par un membre de la Jeune Garde – la jeunesse du parti au pouvoir Russie Unie. Cette amende a été par la suite annulée en appel. En avril 2015, suite à une autre plainte venant une fois encore de la Jeune Garde, un tribunal de Saint Petersburg a statué contre Deti-404 et a suggéré que l'Etat envisage de bloquer le site web, une menace qui ne semble pas avoir été suivie d'effet mais qui reste suspendue au-dessus du site. En juillet 2015, Klimova a été taxé, une fois encore, de payer une amende. Ainsi, le harcèlement continue.

Tout en agissant comme avocat pour Deti-404, Kozlovskaya a consacré sa carrière à la défense des personnes LGBT victimes de crimes haineux. Elle est la Gestionnaire de projet et Avocat principal au réseau LGBT de Russie, un groupe de protection qui documente la violence et la discrimination homophobe, fournit un soutien psychologique et juridique, mène des campagnes de sensibilisation, et a fait pression sur le plan international, y compris au Nations Unies.

En janvier 2016, les choses ont failli se détériorer d'avantage quand une autre proposition de loi anti gay déposé au parlement russe visant cette fois « des relations sexuelles non conventionnelles, qui se manifestent dans une démonstration publique des orientations sexuelles personnelles perverses dans les lieux publics ». La proposition de loi prévoyait des amendes et une peine de prison jusqu'à 15 jours pour les démonstrations publiques de son orientation sexuelle LGBT. Les militants ont été soulagés quand la proposition de loi a été rejetée. Mais avec la loi de « propagande » anti gay de 2013 qui est toujours en place, une propension constante de commentaires homophobes de la part des représentants du gouvernement et un climat qui favorise la violence et le harcèlement contre les personnes LGBT, il est évident que Kozlovskaya, Klimova et d'autres défenseurs des droits des personnes LGBT ont du pain sur la planche dans un avenir prévisible.

Dernière mise à jour: 28 janvier 2016

Les autres visages de la liberté d'expression

Dernier Tweet :

Trial of 29 Turkish journalists resumes, more mass trials on their way https://t.co/hUbdanQf0w @OSCE_RFoM… https://t.co/zZmDRkJWsO