RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste est assassiné, l'opposition est réduite au silence à la veille des élections

Le gouvernement du Président Paul Kagame s’en prend à toute critique à la veille des élections, qui auront lieu en août.
Le gouvernement du Président Paul Kagame s’en prend à toute critique à la veille des élections, qui auront lieu en août.

via Media Institute

Dans un climat de répression politique, quelques semaines avant les élections présidentielles au Rwanda, un éminent journaliste indépendant a été abattu le 24 juin, selon ce que rapportent Journaliste en Danger (JED), le Media Institute (MI), le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et d'autres membres de l'IFEX. Les autorités le ciblaient depuis des mois et son journal, l'une des rares voix critiques du pays, avait été interdit récemment. Son assassinat constitue un épisode brutal qui survient dans le cadre d'une répression plus étendue, tandis que l'État s'efforce de supprimer toute dissidence avant la tenue des élections, en août.

Jean Léonard Rugambage, rédacteur en chef adjoint de « Umuvugizi », un journal publié à Kigali, la capitale, avait dit à des collègues qu'il était suivi et qu'il avait reçu des menaces. Il était la dernière personne qui travaillait toujours pour « Umuvugizi » au Rwanda, et il avait représenté le journal à des audiences dans plusieurs affaires devant les tribunaux, où le journal se bat à cause de sa couverture critique des activités du gouvernement. Il était également le correspondant de JED au Rwanda.

Un assaillant a fait feu sur Rugambage à plusieurs reprises et à bout portant tandis qu'il rentrait chez lui en voiture. Bien que deux suspects aient été arrêtés le 28 juin, le CPJ « a fait part de son scepticisme devant ces arrestations et invite les autorités à rendre publiques des précisions sur leur enquête ».

Le rédacteur en chef en exil du journal « Umuvugizi », Jean-Bosco Gasasira, dit croire que le meurtre a été commis en représailles à une histoire selon laquelle le gouvernement rwandais serait responsable du meurtre récent d'un ancien commandant de l'armée rwandaise en Afrique du Sud - reportage publié en ligne le jour du meurtre. Lorsqu'il travaillait pour un journal différent, « Umuco », Rugambage avait été incarcéré pendant onze mois en 2005-2006 à cause d'un reportage faisant état de mauvaise administration et de subornation de témoins devant les tribunaux traditionnels du Rwanda. Il est le premier journaliste assassiné depuis 1998, selon ce que rapporte Reporters sans frontières (RSF).

Les autorités ont déjà tenté de fermer l'« Umuvugizi », l'un des deux seuls journaux indépendants du Rwanda. L'« Umuvugizi » et l'« Umuseso » ont été suspendus pour six mois en avril, et les rédacteurs en chef des deux journaux ont fui le pays après avoir reçu des menaces. Après que le journal fut passé en ligne ce printemps, l'accès local au site web a été bloqué, dit le CPJ.

« La perte de vie, quelles que soient les circonstances, est déplorable et particulièrement troublante pendant cette période, qui devrait être consacrée à une élection démocratique. Les manoeuvres d'intimidation incessantes contre les voix dissidentes au Rwanda montrent l'ampleur de l'intolérance du régime actuel et empêchent tout commentaire politique, et limitent directement l'aptitude des partis d'opposition à participer (à la vie politique) », déclare ARTICLE 19.

Les journalistes critiques ne sont pas les seuls à être attaqués alors que le gouvernement s'assure d'exclure toute opposition du processus politique, indique Human Rights Watch. Le chef du parti d'opposition PS-Imberakuriwas a été interpellé le 24 juin pour interrogatoire. La police a effectué une descente à son domicile et à son bureau et a confisqué des documents. Plusieurs autres membres du même parti ont été ramassés et détenus. Des membres du parti FDU-Inkingi d'opposition ont aussi été détenus le même jour. Des membres des deux partis ont dit avoir été battus par la police.

ADDITIONAL INFORMATION
Alertes liées au même sujet sur ifex.org


Dernier Tweet :

Fiscalía debe considerar que los asesinatos de Valentín Tezada y Jairo Calderón podrían estar motivados por su trab… https://t.co/Y5nG4vEssK