RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste emprisonné, un autre en cachette

(CPJ/IFEX) - Ci-dessous, un communiqué de presse du CPJ daté du 15 octobre 2007:

Au Sénégal, un journaliste emprisonné, un autre en cachette

New York, le 15 octobre 2007 - Au Sénégal, la publication d'un article sur des allégations de sorties nocturnes impliquant le Président Abdoulaye Wade a abouti à l'arrestation d'un journaliste la semaine dernière par les autorités de la capitale, Dakar, ont déclaré les journalistes locaux et les médias.

Aussi, un reporter impliqué dans cette affaire et recherché par la police se tient caché.

Papa Moussa Guèye, le directeur de publication du journal privé L'Exclusif - le seul quotidien de la ville de Rufisque, situé à 38 kilomètres à l'est de Dakar - a été accusé d'offense au chef de l'état sénégalais en publiant de fausses nouvelles, et d'atteinte à la sécurité publique selon le code pénal du Sénégal, a déclaré au CPJ l'avocat de la défense, Cheikh Tidiane Faye, avant d'ajouter que si M. Guéye est reconnu coupable, il pourrait être condamné à une peine de prison allant jusqu'à cinq ans.

M. Guéye a été transféré à la prison centrale de Dakar après son arrestation le 8 octobre dernier. L'Exclusif a aussi été fermé ce même jour et les forces de sécurité avaient alors saisi "tout sauf les meubles" - notamment les archives du journal, ses ordinateurs, et du matériel d'imprimerie, a déclaré au CPJ son directeur commercial, Gorgui Kandji.

Ce dernier a été interrogé par la police jeudi dernier pendant deux heures à propos des sources de financement du journal, ont déclaré les médias.

L'arrestation et la saisie se sont produites le même jour, lorsque le journal a publié à la Une un article écrit par un reporter politique du nom de Justin Ndoye, et titré "Sorties nocturnes au Palais: les escapades du président Wade", ont déclaré les journalistes locaux.

Cet article de M. Ndoye révèle que le président Wade et un de ses assistants effectuent des sorties nocturnes. L'article s'interroge sur ces sorties, en donnant peu de détails. Selon les médias M. Ndoye, qui est recherché par la police sénégalaise, se tient caché.

"Le président Wade a promis il y'a trois ans de décriminaliser les lois sur la presse au Sénégal, cependant les journalistes se font encore arrêtés pour des articles jugés 'offensifs' au chef de l'état", a déclaré le directeur exécutif du CPJ, Joel Simon.

"L'arrestation de Papa Moussa Guèye a l'effet de jeter un coup de froid sur la publication de reportages critiques. Nous appelons à sa libération immédiate", a-t-il ajouté.

Un jour après son arrestation, le service de presse d'état du Sénégal, l'Agence de Presse Sénégalaise (APS), a publié les propos du président Wade qui disait: "Je suis pour une presse libre et indépendante, même si je n'ai pas une presse qui informe vrai. Je peux en souffrir, j'en souffre énormément, mais je ne ferai rien".

L'administration sénégalaise doit cependant tenir ses engagements quant à la promesse en 2004 du président d'abroger les sanctions criminelles en matière de délits de presse, selon les recherches du CPJ.

Il faut par contre noter que depuis l'année dernière, les autorités sénégalaises se sont dressées de manière agressive contre les journalistes.

Moustapha Sow, le directeur du journal privé L'Office, a été emprisonné en juillet 2006 pour diffamation, selon les recherches du CPJ. Ndiogou Wack Seck, le directeur du journal Il Est Midi qui est actuellement fermé, s'était tenu caché en avril dernier lorsqu'il fut condamné à six mois de prison. Les autorités sénégalaises ont aussi infligé des condamnations avec sursis aux journalistes de Il Est Midi et du quotidien indépendant Walf Grand-Place.

Il convient de rappeler que deux hautes personnalités sénégalaises, le député Moustapha Cissé Lô et le ministre des transports Farba Senghor, ont publiquement menacé des journalistes cette année à la suite de reportages critiques, selon les recherches du CPJ.

Le CPJ est une organisation indépendante à but non-lucratif fondée en 1981 afin d'observer et d'enquêter sur les abus commis contre la presse et promouvoir la liberté de celle-ci à travers le monde.

Dernier Tweet :

In Almaty, #Kazakhstan, a court has refused an appeal by Oleg and Catherine Bendidstky who were seeking to overturn… https://t.co/5KdlY1ubKQ