RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Suite à l'appel du verdict, un journaliste risque toujours trois ans d'emprisonnement

(MFWA/IFEX) - Le 12 septembre 2008, les avocats d'El Malick Seck, le rédacteur en chef de "24 Heures Chrono", un quotidien indépendant basé à Dakar, ont appelé du verdict contre leur client - trois ans d'emprisonnement ferme pour diffusion de "fausses nouvelles", d'"incitation du grand public" et d'"injures publiques".

Le correspondant de la Fondation pour les Médias en Afrique de l'Ouest (MFWA) a rapporté que Demba Ciré Bathily, l'avocat principal, qui a fait part de l'intention du rédacteur, a affirmé que le verdict était scandaleux et violait ses droits humains.

Par ailleurs, la Cour a exonéré le journaliste de deux autres offenses: "injure au chef de l'État", et "recel de documents administratifs".

"El Malick Seck est un détenu politique . . . Il y a disproportion de la sanction par rapport au contenu de l'article qui ne fait même pas 3000 signes . . . (ce verdict trahit) le dessein inavoué d'éliminer El Malick Seck et son journal", a confié Ciré Bathily aux journalistes.

Seck a été condamné à trois ans d'emprisonnement ferme et une interdiction de parution de trois mois a été infligée à son journal. Ceci fait suite à la publication en fin août d'un article dans "24 Heures Chrono" qui a impliqué le Président Wade et son fils dans une affaire de blanchiment d'argent en Côte d'Ivoire.

Entretemps, des éléments de la Division des Investigations Criminelles ont retiré l'édition du 13 septembre sous prétexte qu'ils faisaient obéir une ordonnance du Tribunal. Les avocats de la défense ont dénoncé l'action menée par les éléments de la Police en affirmant que ceux-ci ont outrepassé leurs droits puisque l'affaire est toujours en instance.

Mise à jour du cas Seck: http://www.ifex.org/fr/content/view/full/96960

Dernier Tweet :

Four Sudanese editors prevented from travelling to Saudi Arabia by National Intelligence and Security Services (NIS… https://t.co/TWhKLMXKl1