RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un groupe de journalistes remet en question les lois sur la diffamation utilisées pour réduire les critiques au silence

(MFWA/IFEX) - Ci-dessous, un communiqué de presse de la MFWA, daté du 3 mars 2008:

PROCES INTENTE EN VUE DE RENFORCER LA LIBRE EXPRESSION EN SIERRA LEONE

Un groupe de journalistes remet en question les lois sur la diffamation utilisées pour réduire les critiques au silence

Accra et New York, 03 mars, 2008 - Les journalistes en Sierra Leone remettent en question les lois qui criminalisent la libre expression et condamnent les critiques du gouvernement à jusqu'à sept ans de prison.

L'Association des Journalistes Sierra Léonais (SLAJ) a intenté le procès auprès de la Cour Suprême du pays la semaine dernière en vue de faire révoquer les lois de la Sierra Leone portant sur la diffamation criminelle et fausses informations. Les lois autorisent des peines de prison pour l'utilisation des expressions qui "excitent la désaffection" contre le gouvernement ou "compromettent la réputation" du gouvernement ou des responsables individuels.

"Ces lois font obstacle à la libre expression et sont souvent utilisées par les personnes au pouvoir pour réduire leurs critiques au silence", a déclaré M. Kwame Karikari, directeur de la Fondation pour les Médias en Afrique de l'Ouest. "La Cour Suprême devrait supprimer ces ordres qui empêchent le peuple de s'exprimer librement".

L'introduction de ce procès constitue la première fois qu'ont été contestées en Afrique de l'Ouest les lois sur la diffamation criminelle et de fausses informations qui sont très généralisées dans la plupart de la sous région. L'Open Society Justice Initiative, association responsable des initiatives démocratiques basée à Freetown, et la Fondation pour les Médias en Afrique de l'Ouest (MFWA), un organisme basé à Accra qui veille à la liberté des médias, ont fourni de l'assistance juridique pour la poursuite de ce procès.

La cause de la SLAJ décrit brièvement l'effet répressif des lois, qui peuvent mener à des peines sévères même pour des déclarations fidèles et l'expression tout à fait pacifique. Parmi les exemples cités par la cause est le cas de Julius Spencer, un journaliste qui a été détenu pour plusieurs mois après avoir rédigé un article sur l'implication des officiers de l'armée sierra léonaise dans des affaires illégales en matière de diamant. La cause, qui est disponible ici, signale que plusieurs affaires qui peuvent faire l'objet de poursuites dans le cadre de la loi ne passent jamais au tribunal mais sont simplement utilisées pour détenir et intimider les critiques du gouvernement.

"Les lois contre la libre expression comme celles-ci constituent des vestiges de l'ère coloniale", a dit Chidi Odinkalu, officier juridique principal de Justice Initiative en Afrique. "Elles n'ont aucune place dans l'Afrique d'aujourd'hui".

La Cour Suprême devrait prochainement fixer une date pour les arguments préliminaires.

La SLAJ est représentée par le cabinet Yada Williams and Associates basé à Freetown.

Cliquez ici pour lire la cause intégrale: http://www.justiceinitiative.org/db/resource2?res_id=104048.

L'URL pour ce document est: http://www.justiceinitiative.org/db/resource2?res_id=104048.

Dernier Tweet :

How did social media pressure help the release of Pashtun human rights activist Gulalai Ismail who was detained at… https://t.co/CVarqnRrrO