RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Des journalistes meurent dans une recrudescence de la violence

Nur Muse Hussein
Nur Muse Hussein

NUSOJ

Un producteur de la radio a été abattu à Mogadiscio la semaine dernière dans un échange de coups de feu, et un autre journaliste est mort le 26 mai des blessures par balles qu'il a subies en avril pendant qu'il couvrait les combats qui se sont déroulés au centre de la Somalie. Ce sont les troisième et quatrième journalistes à perdre la vie en Somalie cette année, rapportent le Syndicat national des journalistes somaliens (National Union of Somali Journalists, NUSOJ), le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et Reporters sans frontières (RSF).

Abdirisak Warsameh Mohamed, de « Radio Shabelle », principal radiodiffuseur indépendant, a été abattu le 22 mai tandis que l'armée somalienne lançait une grande offensive contre les insurgés islamistes près du marché de Bakara à Mogadiscio.

Abdirisak se rendait au travail lorsqu'il a été atteint de projectiles à la poitrine. Son corps est resté pendant près d'une heure au milieu de la route, les miliciens tirant sur toute personne qui tentait de s'en approcher.

Il est le troisième journaliste de Radio Shabelle à être tué depuis 2007 dans l'exercice de sa profession; la station a également perdu Hassan Mayow Hassan et Bashiir Noor Gedi.

« Ce dernier décès tragique souligne l'étendue des risques auxquels s'exposent les civils dans une situation extrêmement volatile et alarmante. Même lorsqu'ils ne sont pas délibérément visés, les journalistes somaliens ne sont aucunement protégés contre la férocité des combats dans le pays », dit RSF.

Lors d'un incident séparé, Nur Muse Hussein, correspondant chevronné de Radio IQK, est mort le 26 mai des blessures par balles subies le 20 avril pendant qu'il rapportait des affrontements entre des groupes de miliciens dans la ville centrale de Beledweyn, rapporte le NUSOJ.

Depuis plusieurs semaines, les journalistes font face à des risques accrus dans la couverture des combats impliquant, à divers moments, les forces du Gouvernement fédéral de transition, des milices alliées et des insurgés islamistes. Le nombre de Somaliens fuyant la dernière escalade des combats dans la ville et aux alentours de Mogadiscio, surpasse les 67 000, selon les indications du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Le 10 mai, quatre journalistes ont été blessés par des obus de mortier tandis qu'ils couvraient une conférence de presse convoquée par un porte-parole de l'insurrection islamiste « Al-Shabaab », rapporte le NUSOJ. Quatre jours plus tard, une balle perdue frappait la journaliste Nimco Hassan Ali, du radiodiffuseur indépendant « HornAfrik » tandis qu'elle interviewait des civils qui tentaient d'échapper à la violence à Mogadiscio, indique « HornAfrik ».

Selon les membres de l'IFEX, jusqu'à maintenant cette année, quatre journalistes somaliens ont été tués à cause de leur travail. D'après le CPJ, depuis 2007, 13 journalistes sont morts en Somalie à cause de leur travail, la moitié d'entre eux dans des échanges de tirs, l'autre moitié ayant été délibérément visée pour être assassinée.

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

La necesidad de legislar sobre cibercrimen en Panamá para respetar los derechos humanos y las garantías procesales:… https://t.co/wKOyS5rpoZ