RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Sept journalistes parmi les personnes blessées gravement dans un attentat suicide

On aperçoit une ambulance à l’extérieur du théâtre national de Somalie à Mogadiscio après une explosion. Sept journalistes ont été blessés gravement dans cette explosion
On aperçoit une ambulance à l’extérieur du théâtre national de Somalie à Mogadiscio après une explosion. Sept journalistes ont été blessés gravement dans cette explosion

Feisal Omar/REUTERS

Au moins quatre personnes ont été tuées et des dizaines d'autres, dont sept journalistes, ont été blessées lorsqu'une bombe a explosé au théâtre national de Somalie lors d'une cérémonie qui devait marquer le premier anniversaire de la Télévision Nationale de Somalie, selon ce que rapportent ARTICLE 19 et Reporters sans frontières (RSF).

D'après les dépêches, l'attentat suicide s'est produit tandis que le Premier ministre somalien Abdiweli Mohamed Ali se tenait debout au podium pour prononcer un discours. Les présidents du comité olympique de Somalie et de la fédération de football du pays sont au nombre des personnes tuées.

Selon RSF, les journalistes blessés sont : Mohamed Shariif, de la station de radio Bar-Kulan; Ahmed Ali Kahiye, de Radio Kulmiye; Ayaan Abdi, de la station de télévision Somalie 24; Deeqo Mohamed Ahmed de Radio Mogadiscio; Hamdi Mohammed Hassan Hiis de Somali Channel TV, Saïd Shire Warsame de Shabelle TV et Mulki Hassan Hayle de Royal TV.

« Nous sommes en présence d'un geste odieux et inacceptable. Le fait de s'attaquer à des journalistes, à des civils et à des responsables publics dans l'attentat d'aujourd'hui envoie un message terrifiant à tous ceux qui veulent soutenir le nouveau processus de restauration », a déclaré Henry Maina, directeur du bureau d'Afrique de l'Est d'ARTICLE 19.

ARTICLE 19 et RSF se sont tous deux engagés à apporter de l'aide aux blessés et à leurs familles.

D'après les dépêches, le groupe islamiste al-Shabaab a revendiqué la responsabilité de l'attentat. Al-Shabaab a retiré la plupart de ses combattants de Mogadiscio en août dernier sous la pression de milliers de soldats des forces de maintien de la paix de l'Union africaine et de troupes somaliennes. Depuis, les résidents de Mogadiscio ont commencé à jouir d'un certain degré de tranquillité.

Pourtant, la Somalie reste l'un des endroits les plus dangereux du monde pour les médias. Deux journalistes ont été tués en Somalie cette année, selon ARTICLE 19. Ce qui est encore plus révélateur, c'est que le Gouvernement fédéral de transition de Somalie n'a pas enquêté ni résolu un seul meurtre de son histoire, fait remarquer ARTICLE 19.

ADDITIONAL INFORMATION
Alertes liées au même sujet sur ifex.org


Dernier Tweet :

Roumanie : "Des ordres ont-ils été donnés pour empêcher les journalistes de faire leur travail ?" https://t.co/aOgRWeduZ0 @RSF_fr