RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La police agresse des journalistes qui couvrent des manifestations

Les journalistes qui couvraient les manifestations contre la corruption ainsi que celles qui se sont déroulées contre la visite de quatre jours du pape Benoît XVI à Madrid se sont heurtés à la violence policière, rapporte le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Le 18 août à Madrid, le photographe pigiste Daniel Nuevo couvrait une manifestation de protestation contre les Journées mondiales de la Jeunesse, parrainées par l'Église catholique, pour lesquelles le Pape s'était déplacé et qui ont attiré des centaines de milliers de pèlerins, lorsqu'il a été passé à tabac par une unité de l'escouade anti-émeute de la police nationale.

Certains groupes de base de l'Église et des organisations municipales avaient organisé des manifestations pour dénoncer le « gaspillage » occasionné par la célébration, qui était financée en partie par le gouvernement et certaines sociétés commanditaires.

Nuevo écrit sur l'agression et sur d'autres incidents dans son blogue, où il a aussi affiché plusieurs images.

Les reportages de la presse locale ont décrit au moins cinq autres cas de violence policière, verbale ou physique, contre des journalistes qui couvraient les manifestations, dit le CPJ.

Le président de l'Association de la presse de Madrid, Fernando González Urbaneja, a déclaré au CPJ que « les images que nous avons vues montrent un degré troublant d'arbitraire de la part de certain policiers; il y a eu ces derniers jours des cas d'agressions indéfendables contre des journalistes ». L'Association et d'autres groupes de presse ont fait part de leurs plaintes au gouvernement.

Selon le CPJ, le climat était déjà tendu après que Gorka Ramos, journaliste qui travaille sur le site web de nouvelles Lainformacion, a été passé à tabac et arrêté tandis qu'il couvrait les protestations du Mouvement 15-M le 4 août à Madrid.

Les manifestations de 15-M, qui ont commencé le 15 mai et qui se poursuivent toujours, ont rallié dans plusieurs villes des millions de citoyens espagnols qui protestent contre l'actuel système bipartite, contre le chômage et les coupes sombres dans l'aide sociale, et pour la défense des doits fondamentaux.

Ramos a passé la nuit en prison et a été inculpé de désobéissance aux autorités, bien que la vidéo montre l'agression que lui ont infligée au moins sept policiers de l'escouade anti-émeute.

González a déclaré que les relations entre la police et les médias en Espagne sont généralement bonnes. « Nous avons vu des épisodes intolérables de policiers qui individuellement ont outrepassé leur autorité », a-t-il indiqué.

Peut-être, mais le CPJ prévient qu'avec des élections générales prévues en novembre, en pleine crise économique, « le climat social pourrait être mis à rude épreuve - tout comme les relations entre la police et la presse ».

Dernier Tweet :

The Pacific Islands News Association (PINA) has welcomed the Fiji High Court's ruling acquitting the Fiji Times Fou… https://t.co/6p0GvEDxtR