RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

L'équipe de France 24 libérée suite à deux jours de détention

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières se réjouit de la libération, le 26 décembre 2007 en début d'après-midi, de la journaliste française Capucine Henry et de son cameraman, collaborateurs de la chaîne d'information France 24, qui avaient été arrêtés dans la nuit du 24 décembre 2007 à Galle (Sud). La journaliste est autorisée à rester dans l'île pour réaliser un reportage sur la tenue d'un opéra de Bizet à Colombo.

"Nous saluons la mobilisation de la diplomatie française qui a contribué à la libération de Capucine Henry et de son caméraman. Arrêtés alors qu'ils réalisaient un reportage sur la vie d'une famille tamoule, leur détention s'est prolongée car l'équipe ne s'était pas encore enregistrée auprès du ministère des Affaires étrangers à Colombo", a déclaré Reporters sans frontières.

"Nous appelons les autorités de Colombo à faire preuve de plus de flexibilité pour permettre aux journalistes étrangers de travailler librement dans le pays, y compris lorsqu'ils réalisent des reportages sur les populations tamoules", a ajouté l'organisation.

Capucine Henry, journaliste travaillant pour une société de production française basée à New Delhi, alors qu'ils réalisaient un reportage pour la chaîne de télévision France 24, et son cameraman français Constantin Simon ont été arrêtés, dans la soirée du 24 décembre 2007. L'équipe de télévision accompagnait une famille tamoule, partie rendre visite pour les fêtes de Noël à des proches emprisonnés. Le minibus qui emmenait les journalistes et la famille tamoule a dû s'arrêter à un check-point de l'armée. Reprochant à l'équipe de télévision d'avoir filmé le barrage, les militaires ont alerté la police, qui a procédé à l'arrestation de tous les occupants du minibus.

Les journalistes ont été soumis à un interrogatoire de la Terrorist Investigation Division (TID, unité antiterroriste de la police), au motif d'une "atteinte à la sécurité nationale". Les autorités ont reproché à l'équipe de télévision de ne pas s'être enregistrée auprès du service de presse du ministère des Affaires étrangères.

Le TID a annoncé à des journalistes de Colombo que la famille tamoule et le chauffeur du minibus allaient également être libérés.

Dernier Tweet :

Yangon police dispersed peace march in Burma on May 12 https://t.co/uLvTq8UIMw "Why do these thugs enjoy such impun… https://t.co/2gM4wr65oY