RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Des journalistes tamouls sévèrement battus en détention

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières est préoccupée par le sort de cinq journalistes tamouls détenus par la police antiterroriste à Colombo. L'organisation demande des explications aux autorités sri lankaises sur les motifs de leur arrestation. "La police antiterroriste accuse les journalistes d'avoir reçu de l'argent des Tigres tamouls, mais après enquête, Reporters sans frontières peut affirmer que les fonds en question venaient d'une fondation allemande et d'exilés tamouls", a affirmé l'organisation.

"Nous condamnons le fait que certains de ces journalistes ont été sévèrement battus pendant les premiers jours de leur détention, visiblement pour leur arracher des aveux", a indiqué Reporters sans frontières.

Les fonds reçus par deux d'entre eux, V. Jasikaran et J.S. Tissanayagam, étaient destinés à financer le site Internet Outreach ( http://outreachlk.wordpress.com ) et aider des étudiants tamouls. Interrogé par Reporters sans frontières, un responsable de la fondation allemande FLICT a confirmé que J.S. Tissanayagam, directeur du site Outreach, avait reçu plus de douze mille euros en novembre 2007 dans le cadre de cette initiative.

De même, plusieurs sources ont confirmé à Reporters sans frontières que V. Jasikaran avait reçu de l'argent de membres de la communauté tamoule en exil en Allemagne pour soutenir des étudiants de l'est de l'île.

Le 6 mars 2008, V. Jasikaran, propriétaire de l'imprimerie E-Kwality et écrivain connu pour ses positions nationalistes tamoules, a été arrêté à Colombo. Son ordinateur et du matériel d'impression ont été confisqués. Son épouse, productrice dans une chaîne de télévision, a également été interpellée.

Le lendemain, J. S. Tissanayagam, responsable du site Outreach et journaliste de l'hebdomadaire "Sunday Times", a été arrêté par la police antiterroriste. Le 7 mars également, le journaliste Kithsiri Wijesinghe, le photographe Gayan Lasantha Ranga et le vidéaste Udayanan ont été interpellés dans la foulée.

Par ailleurs, le porte-parole du Free Media Movement (FMM), S. Sivakumar a été interpellé pendant quelques heures le 8 mars dans le cadre de cette affaire. Le journaliste devra se présenter de nouveau à la police.

Mise à jour du cas Jasikaran (Jasiharan), Tissanayagam (Tissainayagam), Wijesinghe (Wijesingha), Ranga et Sivakumar (en anglais seulement): http://www.ifex.org/en/content/view/full/91544/

Dernier Tweet :

This pooled editorial highlights the threats to press freedom in the Philippines under the presidency of Rodrigo Du… https://t.co/rNa3nXIMYR