RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

8 janvier 2009

Alerte

Trois mois après l'assassinat de Lasantha Wickrematunga: "une impunité honteuse", selon RSF


Détails de l'incident

Lasantha Wickrematunga

editor(s)

killed

Disponible en :

(RSF/IFEX) - Ci-dessous, la version abrégée d'un communiqué de presse de RSF daté du 8 avril 2009:

Trois mois après l'assassinat de Lasantha Wickrematunga: "une impunité honteuse", selon Reporters sans frontières

Reporters sans frontières a recueilli différents témoignages qui accréditent la thèse selon laquelle les autorités sri lankaises bloquent l'enquête sur l'assassinat, il y a trois mois jour pour jour, de Lasantha Wickrematunga, rédacteur en chef de l'hebdomadaire "Sunday Leader". Fin janvier, des responsables gouvernementaux, notamment le ministre Keheliya Rambukwella, ont déclaré que le président Mahinda Rajapaksa annoncerait, en février, des "informations vitales" sur ce crime. Mais, depuis, rien n'est venu confirmer une volonté d'élucider ce crime. La famille et les proches du journaliste ne peuvent que constater l'absence de volonté politique d'arrêter les assassins et leurs commanditaires.

"Des membres du gouvernement ont fait des déclarations contradictoires sur les motifs et l'identité des assassins du célèbre journaliste. Il serait plus opportun que les enquêteurs aient réellement les moyens de leurs investigations. Nous demandons au président Mahinda Rajapaksa de transférer l'enquête à des agents de la police criminelle. Nous souhaitons qu'il sollicite officiellement le soutien d'experts internationaux pour l'élucidation de cet homicide", a ajouté l'organisation.

Reporters sans frontières, membre de la Mission internationale pour la liberté de la presse au Sri Lanka, continuera à se mobiliser pour lutter contre l'impunité dans cet assassinat à Colombo, qui a marqué un tournant dramatique dans les violations de la liberté de la presse dans le pays.

Sonali Samarasinghe, la veuve de Lasantha Wickrematunga, elle-même journaliste, a déclaré dans une lettre ouverte adressée mi-mars à l'inspecteur général de la police Jayantha Wickremaratne que "depuis que [son] mari a été tué, il n'y a toujours pas d'avancée notable de l'enquête. Aucune arme du crime, aucun suspect, aucun rapport d'autopsie n'a été rendu public."

(. . .)

La police a arrêté un suspect, cependant, il ne s'agit que d'un passant ayant volé le téléphone portable du journaliste sur les lieux du crime. Début avril, cet homme a été maintenu en détention jusqu'au 16 avril.

Dans une interview avec une chaîne internationale, Sonali Samarasinghe a déclaré que Lasantha avait écrit plusieurs fois à l'inspecteur général de la police pour l'alerter sur ces menaces répétées et pour lui demander une protection. Mais la police n'a jamais tenu compte de ces requêtes. Sonali Samarasinghe précise: "Lasantha disait toujours que s'il devait être tué, ce serait par le gouvernement. (. . . ) Nos enquêtes sur la misère des civils allaient à l'encontre du patriotisme des militaires."

Les autorités ont exprimé des déclarations contradictoires et parfois calomnieuses à l'encontre de Lasantha Wickrematunga. Lors d'une interview à une chaîne internationale, le frère du chef de l'État a déclaré: "Mais qui est Lasantha? Un directeur de tabloïd. Pourquoi le monde s'inquiète-t-il pour un seul homme? Il critiquait tout le monde. Donc tout le monde avait une bonne raison de le tuer". Gotabhaya Rajapaksa a réitéré ses attaques au micro de la chaîne australienne SBS : "Il s'est créé tellement d'inimitiés. Il a critiqué et publié tellement de fausses informations sur tellement de monde".

Même après la mort de son directeur, le "Sunday Leader", repris par son frère, Lal Wickrematunga, continue à subir des pressions des cercles du pouvoir, avec pour conséquence une baisse importante des revenus publicitaires qui fragilise le groupe de presse.

Lors d'un entretien accordé à Colombo, en octobre 2008, à un représentant de Reporters sans frontières, le président Mahinda Rajapaksa avait qualifié Lasantha Wickrematunga de "journaliste terroriste".

Le Sri Lanka est classé à la 165e position - la pire pour un pays démocratique - dans le classement mondial de la liberté de la presse 2008 de Reporters sans frontières.

Pour lire le texte complet, cliquer ici: http://www.rsf.org/article.php3?id_article=30792

Mise à jour du cas Wickrematunga: http://www.ifex.org/fr/content/view/full/99737





Source:

Reporters Without Borders (RSF)

alt

Replacer dans leur contexte les questions de libre expression.

Inscrivez-vous et recevez IFEX En Contexte.


Dernier Tweet :

La Oficina del Alto Comisionado para la Paz censura programa de televisión https://t.co/vrMeQ0R6jW @FLIP_org @Karisma #Colombia