RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

RSF salue la libération du journaliste N. Vithyatharan

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières se réjouit de la libération de N. Vithyatharan, rédacteur en chef du quotidien tamoul "Sudar Oli", qui était détenu par la police depuis le 26 février 2009. "Pourquoi aura-t-il fallu me détenir pendant deux mois alors qu'il s'agissait d'accusations mensongères? Tous les services de police et même les services secrets militaires m'ont innocenté après avoir examiné mes appels téléphoniques et mes comptes en banque", a expliqué le journaliste à Reporters sans frontières.

"La décision de la justice de libérer N. Vithyatharan est une bonne nouvelle qui, espérons-le, ouvrira la voie à la libération d'un autre journaliste tamoul, J. S. Tissainayagam, détenu depuis plus d'un an sans preuves", a affirmé l'organisation.

"Le fait qu'il soit complètement innocenté par les services de sécurité est très positif. Il semble aujourd'hui important que les officiels, notamment Gotabaya Rajapaksa, secrétaire à la Défense, en tirent les conséquences, et présentent leurs excuses pour les accusations portées contre le journaliste", a ajouté l'organisation.

Le 24 avril 2009, une cour de Colombo a ordonné la libération de N. Vithyatharan. La police criminelle de Colombo (CCD), chargée de l'enquête, ainsi que plusieurs autres départements de la police et de l'armée, ont abandonné les poursuites contre le journaliste pour absence de preuves. Pendant deux mois, les enquêteurs ont examiné des centaines d'appels téléphoniques passés et reçus par N. Vithyatharan. La police a également contrôlé ses comptes bancaires, sans trouver aucun lien avec les Tigres tamouls.

N. Vithyatharan, accompagné de son avocat et de son épouse, est sorti libre du tribunal.

Gotabaya Rajapaksa, secrétaire à la Défense, avait affirmé dans une interview à la chaîne australienne SBS, que Vithyatharan était un "terroriste". "Il a été impliqué dans la récente attaque aérienne. Si vous essayez de couvrir cette personne, vous avez du sang sur les mains. Et si quelqu'un dit qu'il a été arrêté pour ses activités de journaliste, alors il aura également du sang sur les mains", avait déclaré le frère du Président.

Mise à jour du cas Vithyatharan case: http://www.ifex.org/en/content/view/full/101201

Dernier Tweet :

Valentine's Week gift for African continent in the shape of ECOWAS Court landmark judgement directing Gambia to ame… https://t.co/6FYetGPtQ2