RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Une station de télévision est incendiée; un caricaturiste politique est porté disparu

Le reporter et caricaturiste Prageeth Eknaligoda est porté disparu depuis 200 jours. Les membres de l’IFEX exigent la tenue d’une enquête.
Le reporter et caricaturiste Prageeth Eknaligoda est porté disparu depuis 200 jours. Les membres de l’IFEX exigent la tenue d’une enquête.

via Groundviews

Sous le régime du Président Mahinda Rajapaksa du Sri Lanka, des hommes armés balancent des bombes incendiaires contre des stations de télévision, les journalistes sont tabassés et hospitalisés, les sites web indépendants sont bloqués et de nouvelles lois répressives sur les médias sont créées. En dépit de la fin de la guerre l'an dernier, la répression des médias n'a pas cessé, selon ce qu'indiquent le Free Media Movement (FMM), le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), la Fédération internationale des journalistes (FIJ) et Reporters sans frontières (RSF). Dans une action commune, 23 groupes membres de l'IFEX appellent le gouvernement à faire enquête sur la disparition du caricaturiste et chroniqueur Prageeth Eknaligoda - disparu depuis maintenant 200 jours.

Les bureaux du réseau « Voice of Asia », au coeur de la capitale, Colombo, ont été incendiés le 30 juillet par une dizaine d'hommes armés de cocktails Molotov. Le feu a détruit les studios de télévision du réseau à Siyatha. Deux journalistes ont été tenus en respect à la pointe d'une arme à feu et blessés. Le propriétaire de la station avait appuyé le candidat de l'opposition, l'ex-chef de l'armée Sarath Fonseka, lors de l'élection présidentielle chaudement disputée de janvier dernier et remportée par le Président Rajapaksa.

« Les commentateurs font valoir que l'attentat, survenu près du bâtiment principal du gouvernement et des ailes principales de sécurité, n'aurait pu se produire sans l'approbation tacite des agences de l'État », indique la FIJ. « Nous nous attendions à ce que... avec la fin de la guerre civile, il y aurait des gestes crédibles pour mettre en marche un processus de réconciliation nationale et réparer les responsabilités des crimes passés commis contre le journalisme. »

Le gouvernement envisage de mettre sur pied une « Autorité responsable du développement des médias » afin de promouvoir l'éthique dans le journalisme et de venir en aide aux journalistes pour qu'ils rehaussent leurs compétences. Selon les critiques, toutefois, le projet est façonné, de manière presque identique, sur le modèle de la loi de Singapour sur les médias, une loi répressive. Les journalistes d'expérience croient qu'il s'agit d'une tentative pour supprimer les médias qui souffrent déjà d'un degré élevé de censure.

Cette proposition concernant les médias survient juste au moment où les journalistes attirent l'attention sur l'enlèvement de Prageeth Eknaligoda, reporter en ligne de Lanka-e-News.com et caricaturiste, disparu le 24 janvier, deux jours avant la tenue du scrutin présidentiel. Le FMM et d'autres groupes de défense de la presse ont coordonné une protestation silencieuse le 10 août à Colombo, afin de contraindre les autorités à enquêter sur la disparition d'Eknaligoda. Dans une déclaration conjointe, 23 groupes membres de l'IFEX affirment que la police a constamment négligé de rendre publics les renseignements entourant cette affaire.

Dernier Tweet :

Russia: Ukrainian filmmaker Oleg Sentsov, serving 20 years in jail after a dubious terrorism conviction, is on hung… https://t.co/9mxWV1CX02