RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journal d'opposition est fermé; des journalistes sont arrêtés

Le gouvernement soudanais paralyse journalistes critiques d’opposition
Le gouvernement soudanais paralyse journalistes critiques d’opposition

via ANHRI

Les autorités soudanaises ont investi l'imprimerie d'un journal d'opposition, confisqué les exemplaires de son édition du 16 mai, stoppé l'impression et arrêté trois journalistes après une descente dans les bureaux de la rédaction, selon ce que rapportent le Réseau arabe d'information sur les droits de la personne (Arab Network for Human Rights Information, ANHRI), le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et Reporters sans frontières (RSF). Des violations à l'encontre des partis politiques d'opposition ont également été commises pendant les élections présidentielles et parlementaires en avril, rapporte l'Institut du Caire pour les études sur les droits de la personne (Cairo Institute for Human Rights Studies, CIHRS).

Le rédacteur en chef adjoint Abu Zar al-Amin et deux reporters, Ashraf Abdel Aziz et Dahab Ibrahim, du quotidien « Rai al-Shaab », sont détenus sans jugement. D'après le CPJ, le raid est survenu après que le journal eut publié un reportage le 14 mai alléguant que l'Iran a construit dans le pays une usine d'armements afin d'approvisionner les insurgés d'Afrique et du Moyen-Orient.

Les journalistes, les journaux et les critiques du gouvernement sont attaqués régulièrement, dit l'ANHRI. Les autorités ont arrêté récemment Hassan Turabi, président du parti du Congrès, d'opposition.

Insistant sur le Soudan à la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples la semaine dernière, le CIHRS a condamné la violence contre les membres de l'opposition, l'intimidation des observateurs d'élections et les menaces contre les électeurs dans certaines zones lors des récentes élections.

L'International Media Support (IMS) a assuré la coordination de la surveillance des médias pendant les élections, avec cinq partenaires nationaux et internationaux, dont l'ANHRI, qui composent le Consortium des médias et des élections au Soudan (Sudan Media and Elections Consortium, SMEC) afin d'appuyer des médias libres et professionnels dans ce pays.

Par ailleurs, l'éminent journaliste Haj Warraq, qui est également membre d'un parti d'opposition, a publié un article le mois dernier dans lequel il réclame le boycottage des élections en raison de la fraude électorale, et il a critiqué fortement le Président Omar al-Bashir, accusé de crimes de guerre, selon ce que rapportent l'ANHRI et le CPJ. Warraq a été inculpé de « faire la guerre contre l'État ». Le rédacteur Fayez Al Sheikh Al Saleek, du journal « Agras Al Horya » qui a publié l'article le 6 avril, est inculpé d'avoir « humilié l'État et publié de fausses nouvelles ». Les deux journalistes risquent des amendes et la prison.

Dernier Tweet :

The Pacific Islands News Association (PINA) has welcomed the Fiji High Court's ruling acquitting the Fiji Times Fou… https://t.co/tLkPAzjF89