RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Violences et état d'urgence frappent les médias

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières est extrêmement préoccupée par l'impact sur la liberté de la presse des violences politiques et de l'état d'urgence en Thaïlande. L'organisation réitère son appel à toutes les parties à respecter et à garantir le travail de la presse.

"La gravité de la crise appelle à un respect de la libre circulation de l'information, sans quoi les rumeurs triompheront sur les faits. Les violences autant que l'état d'urgence placent les journalistes thaïs et étrangers dans une réelle précarité, sans précédent depuis le retour de la démocratie", a affirmé l'organisation.

Un caméraman japonais a été blessé lors des attentats qui ont eu lieu le 22 avril 2010 dans le quartier de Silom à Bangkok. On ignore pour l'instant son nom et son média.

Selon une journaliste française basée à Bangkok, les conditions de travail pour les correspondants étrangers se sont dégradées récemment. Les correspondants en Thaïlande ne sont pas formés pour couvrir des "zones de conflit". De plus, des journalistes étrangers ont été blessés par des lancers de pierres ou des bouteilles d'eau alors qu'ils couvraient des rassemblements politiques. Des touristes étrangers, inconscients des risques, "couvrent" les manifestations, dans l'espoir de pouvoir revendre les images des heurts.

De plus en plus de journalistes portent un t-shirt du Foreign Correspondents Club of Thailand (FCCT) afin d'être identifiés ou des casques pour se protéger.

Reporters sans frontières déplore la décision des "chemises rouges" de demander aux journalistes de porter un brassard vert où il est écrit "Dissoudre le parlement".

L'organisation dénonce également les pressions exercées sur la journaliste Thapanee Ietsrichai après qu'elle a révélé sur son compte Twitter "Thapanee3Miti" que des militaires avaient empêché des policiers de poursuivre les possibles auteurs de l'attentat du 22 avril.

Enfin, l'organisation est surprise par la décision de justice qui donne raison au gouvernement de censurer la chaîne PTV, favorable au mouvement des "chemises rouges". Les juges ont estimé que l'état d'urgence donne ce type de pouvoir aux autorités.

Une décision similaire a été rendue le 23 avril dans le cadre des poursuites intentées par la directrice du site d'informations indépendant Prachatai, Chiranuch Premchaipoen, contre plusieurs membres du gouvernement. Elle demandait la levée de l'interdiction pesant sur Prachatai depuis le 7 avril, en vertu de l'article 47 de la Constitution, qui rend illégale l'interdiction de la diffusion d'informations et d'opinion, et réclamait des dommages et intérêts. Le tribunal a statué en faveur des officiels, estimant qu'ils n'avaient pas outrepassé leurs droits dans le cadre de l'état d'urgence.

Les actes de censure et d'intimidation envers les médias se répercutent sur le Net. La liste des sites interdits s'allonge encore. Le ministère des Technologies de l'Information et de la Communication (MICT), sur ordre du centre d'administration de l'état d'urgence, a permis, le 23 avril, la fermeture de 350 nouveaux sites en plus des 190 visés la semaine passée, et des 36 bloqués le 7 avril. Ce qui porte le nombre de sites fermés à 2500. La plupart des sites désormais interdits avaient des liens avec les "Chemises rouges" et avaient diffusé des images de leurs rassemblements, mais certains étaient des sites d'information indépendants.

Reporters sans frontières demande aux autorités de rétablir au plus vite l'accès aux sites d'informations censurés et à ne recourir à la fermeture de médias uniquement quand des appels à la violence sont avérés et en respectant les procédures juridiques.

Dernier Tweet :

Secuestran y golpean a periodistas en #Perú. Una situación que empieza irse de las manos en el país andino.… https://t.co/W9cucvHG6M