RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste, deux responsables d'Amnesty International arrêtés et accusés d'espionnage

(MFWA/IFEX) - Le 6 octobre 2007, Yaya Dampha, journaliste du "Foroyaa", journal bihebdomadaire indépendant basé à Banjul, ainsi que deux responsables d'Amnesty International (AI)- R-U, Tania Bernath, directrice adjointe pour l'Afrique, et Ayodele Ameen, responsable des campagnes en Afrique de l'Ouest, ont été arrêtés par des agents de l'Agence Nationale des Renseignements (NIA). Leur chauffeur, Lamin Barrow, a également été arrêté.

Les sources de la Fondation pour les Médias en Afrique de l'Ouest (MFWA) ont rapporté que les quatre personnes, dont la requête pour la mise en liberté sous caution a été rejetée, ont été arrêtées dans la ville de Basse située à environ 500 kilomètres de Banjul au moment où elles faisaient une visite officielle autorisée par les autorités gambiennes. Bien qu'aucune charge n'ait été officiellement portée contre elles, les sources affirment qu'après le premier interrogatoire, elles ont prétendument été accusées d'espionnage.

Les sources de la MFWA affirment davantage qu'à la fin d'un programme de formation de deux jours sur la bonne gouvernance destiné aux fonctionnaires et aux journalistes, Dampha et les responsables d'AI se sont rendus à des centres de détention à la campagne pour chercher les Gambiens disparus, y compris le journaliste, Chief Ebrima Manneh, et des éléments de l'opposition, Kanyiba Kanyi et Ousman Rambo Jatta, qui ont tous été arrêtés il y a plus d'un an.

Les sources de la MFWA ont indiqué qu'après leur arrestation, les quatre personnes ont été conduites à la résidence du gouverneur de la Province Upper River pour interrogation, après quoi elles ont été transférées au commissariat de police de Basse où elles ont passé la nuit.

Le 7 octobre, ces personnes ont été transférées au siège de la police judiciaire du quartier général de la police situé à Banjul où Barrow, leur chauffeur, a été libéré sans qu'aucune charge soit portée contre lui.

La MFWA condamne vivement l'action menée par les autorités gambiennes. Nous nous faisons du souci pour la sécurité des détenus et exhortons le gouvernement du Président Yahya Jammeh à les libérer immédiatement et sans conditions.

Dernier Tweet :

Sujeto intenta apuñalar a periodista hondureño mientras transmitía en directo https://t.co/Xur1EwiDn1 @clibre… https://t.co/EPNGZmkYfB