RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Six journalistes remis en liberté sous caution, un autre arrêté

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières exprime son soulagement en apprenant que les six journalistes accusés de "publication séditieuse" et écroués à la prison Mile Two à Banjul ont été libérés sous caution le 22 juin 2009. Au même moment, Augustine Kanjia, du quotidien "The Point", a été arrêté.

"La sortie de prison de ces six journalistes est évidemment une bonne nouvelle, mais le soulagement ne sera total que lorsque l'accusation de 'publication séditieuse' qui pèse toujours sur eux sera abandonnée. Ce développement positif ne doit pas faire oublier la peur qu'a suscitée cette vague d'arrestations. Nous demandons par ailleurs qu'Augustine Kanjia soit relâché sans délai", a déclaré l'organisation.

Six journalistes – le secrétaire général de l'Union de la presse gambienne (Gambia Press Union, GPU) Emil Touray, son trésorier Pa Modou Fall, Pap Saine et Ebrima Sawaneh, respectivement directeur de publication et rédacteur en chef du quotidien indépendant "The Point", ainsi que deux collaborateurs du journal "Foroyaa", Sam Sarr, rédacteur en chef et Abubakar Saidykhan, reporter – incarcérés depuis quatre jours à la prison Mile Two, ont été présentés, le 22 juin, au tribunal de police de Kanifing, en banlieue de Banjul. Tous ont bénéficié d'une remise en liberté contre le paiement d'une caution de 200 000 dalasis chacun (environ 5 400 euros). Arrêtée en même temps qu'eux, la vice-présidente de la GPU, Sarata Jabbi-Dibba, mère d'un enfant en bas âge, avait été libérée sous caution dès le 18 juin.

Un nouveau procès se tiendra le 7 juillet. Tous ces journalistes sont accusés de "publication séditieuse" pour avoir publié un communiqué appelant le président Yahya Jammeh à reconnaître la responsabilité de son gouvernement dans l'assassinat, en 2004, du directeur et cofondateur de "The Point", par ailleurs correspondant en Gambie de l'Agence France-Presse (AFP) et de Reporters sans frontières, Deyda Hydara.

Quelques jours auparavant, dans un entretien à la télévision gouvernementale GRTS, le président Jammeh avait démenti toute implication de l'Etat dans ce crime. Les journalistes avaient qualifié ces commentaires de "provocateurs" et "inopportuns".

Le 22 juin, de nombreux journalistes et proches des prévenus ont accouru à l'audience publique, à laquelle assistaient également les ambassadeurs des Etats-Unis et du Royaume-Uni. Un journaliste du quotidien "The Point", Augustine Kanjia, d'origine sierra-leonaise, a été arrêté et conduit au commissariat de police de Serrekunda. Les autorités lui reprochent d'avoir pris des photos du tribunal et de l'audience. Selon un témoin de la scène joint au téléphone par Reporters sans frontières, Augustine Kanjia était simplement en train de changer la carte mémoire de son appareil photo.

Le 22 juin, trente-huit membres de l'IFEX ont signé un appel lancé par Reporters sans frontières en faveur de la libération des six journalistes détenus à la prison Mile Two.

Ces organisations sont :

1. Adil Soz, International Foundation for Protection of Freedom of Speech, Kazakhstan
2. Algerian Centre for the Defence and Promotion of Press Freedom (CALP), Algérie
3. Arabic Network for Human Rights Information (ANHRI), Egypte
4. ARTICLE 19 (A19), Royaume-Uni
5. Associação Brasileira de Jornalismo Investigativo (ABRAJI), Brésil
6. Association of Independent Electronic Media (ANEM), Serbie
7. Bahrain Center for Human Rights (BCHR), Bahreïn
8. Canadian Journalists for Free Expression (CJFE), Canada
9. Cartoonists Rights Network, International (CRNI), Etats-Unis
10. Center for Media Studies and Peace Building (CEMESP), Liberia
11. Comité por la Libre Expresión (C-Libre), Honduras
12. Committee to Protect Journalists (CPJ), Etats-Unis
13. Exiled Journalists Network (EJN), Royaume-Uni
14. Federation of Nepali Journalists (FNJ), Népal
15. Independent Journalism Center (IJC), Moldavie
16. Index on Censorship, Royaume-Uni
17. Initiative for Freedom of Expression (Antenna -TR), Turquie
18. Institute of Mass Information (IMI), Ukraine
19. Institute for Reporter Freedom and Safety (IRFS), Azerbaidjan
20. International Federation of Journalists (IFJ), Belgique
21. International PEN Writers in Prison Committee, Royaume-Uni
22. International Press Institute (IPI), Autriche
23. Journaliste en Danger (JED), République démocratique du Congo
24. Maharat Foundation, Liban
25. Media, Entertainment and Arts Alliance (MEAA), Australie
26. Media Foundation for West Africa (MFWA), Ghana
27. Media Institute of Southern Africa (MISA), Namibie
28. Media Rights Agenda (MRA), Nigéria
29. Media Watch, Bangladesh
30. National Union of Somali Journalists (NUSOJ), Somalie
31. Observatoire pour la liberté de presse, d'édition et de création (OLPEC), Tunisie
32. Pacific Freedom Forum (PFF), Iles Samoa américaines
33. Palestinian Center for Development and Media Freedoms (Mada), Palestine
34. Public Association "Journalists" (PAJ), Kyrgyzstan
35. Reporters sans frontières (RSF), France
36. West African Journalists' Association (WAJA), Ghana/Sénégal
37. World Association of Community Radio Broadcasters (AMARC), Canada
38. World Association of Newspapers (WAN), France
39. World Press Freedom Committee (WPFC), Etats-Unis

Reporters sans frontières

Dernier Tweet :

#AsiaPacific Nov r/up: military abuses suppressed, women journos speak #Burma https://t.co/jHhB89G5zE @seapabkk @article19org @MizzimaNews