RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Des journalistes inculpés de sédition sont libérés sous caution

Sept journalistes gambiens inculpés de sédition la semaine dernière pour avoir critiqué le président ont été libérés sous caution, tandis que deux autres détenus ont été relâchés sans inculpation, selon ce que rapportent la Fondation pour les médias en Afrique de l'Ouest (MFWA), le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), la Fédération internationale des journalistes (FIJ) et Reporters sans frontières (RSF). Par ailleurs, un journaliste qui couvrait le procès pour sédition est détenu sans inculpation.

L'Agence nationale de renseignement de Gambie (NIA) a arrêté les sept journalistes plus tôt ce mois-ci en rapport avec une déclaration du syndicat de la presse, le 12 juin, qui critiquait le président Yayha Jammeh pour ses propos « déplacés » tenus à la télévision d'État au sujet du meurtre, survenu en 2004, du rédacteur en chef du journal « The Point », Deyda Hydara. La prochaine audition de cette affaire est prévue le 7 juillet.

« Nous saluons la remise en liberté sous caution de ces sept journalistes, mais le fait demeure que les charges contre eux sont fallacieuses », a déclaré le CPJ. « Les autorités doivent mettre fin aux procédures immédiatement. »

Trente-huit membres de l'IFEX avaient signé un appel entrepris par RSF et qui demandait la libération de six des journalistes, qui avaient d'abord été incarcérés à la prison « Mile Two » avant la détermination de la caution.

Deux autres journalistes arrêtés à la fin de la semaine dernière en rapport avec cette affaire ont été remis en liberté sans être inculpés. Halifa Sallah, directeur et rédacteur en chef de « Foroyaa », et Abba Jibba, chef adjoint de la salle des nouvelles du journal « The Point », ont versé chacun une caution de 7 500 $US.

Par ailleurs, Augustine Kanjia, reporter au « Point », qui a été arrêtée le 22 juin tandis qu'elle couvrait le procès en sédition, est toujours détenue sans inculpation. Kanjia, qui est d'origine sierra-léonaise, figurait parmi les dizaines de journalistes, dont une équipe de cameramen du Service de Radio et de Télévision de Gambie, qui s'étaient rassemblés à l'extérieur de la salle d'audience, où il n'y avait plus de place.

Six journalistes libérés sous caution, un autre arrêté
ADDITIONAL INFORMATION
Alertes liées au même sujet sur ifex.org
  • Les autorités arrêtent sept journalistes pour avoir critiqué le président

    Sept journalistes et dirigeants syndicaux ont été arrêtés au cours de la dernière semaine pour avoir critiqué le président de la Gambie et ses commentaires sur le meurtre, survenu en 2004 et toujours non résolu, d'un rédacteur en chef renommé, selon ce que rapportent la Fondation pour les médias en Afrique de l'Ouest (MFWA), Reporters sans frontières (RSF) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).



Dernier Tweet :

Gambia launches much anticipated Truth, Reconciliation and Reparations Commission (TRRC) to investigate human right… https://t.co/xnT61RfUwH